Expos

Du romantisme dans l’art contemporain: haut les coeurs !

Du romantisme dans l’art contemporain: haut les coeurs !

14 février 2020 | PAR Bénédicte Gattère

Pour la première fois en près de quarante ans d’existence, le musée de la Vie romantique fait une incursion dans l’art contemporain. En prenant prétexte du romantisme, il propose une exposition plaisante mais sans prise de risque.

Une fois n’est pas coutume, l’hôtel particulier Renan-Scheffer accueille jusqu’au 12 juillet 2020 une quarantaine d’œuvres d’art actuel. Désireux d’y voir un prolongement du thème du romantisme, cher à ce lieu qui a accueilli Ary Scheffer, Delacroix ou George Sand, les commissaires ont fait le choix d’œuvres illustratives plutôt attendues dans ce qui se fait aujourd’hui en matière de peinture, sculpture et photographie. Tournant autour de la symbolique du cœur qui donne son titre à l’exposition, elles ont été sélectionnées afin d’exemplifier les grandes étapes de la vie du cœur amoureux, de l’éveil des sentiments  au cœur brisé. Cette mise en récit du parcours se traduit par sept sections au sein des deux espaces du grand atelier qui se prolongent par petites touches dans le bâtiment principal. Ainsi, vous retrouverez aux côtés des médaillons sentimentaux votifs de George Sand et de ses fameuses dendrites les céramiques de Jorge Orta tout aussi bien que des pièces d’Agatha Ruiz de la Prada répondant au kitsch du XIXè. À ne pas manquer car il est facile de repartir sans l’avoir vue : l’Obélisque de Niki de Saint-Phalle dans l’atelier salon au-dessus de la billetterie, à droite du pavillon des collections permanentes !

Vous retrouverez dans cette exposition des noms phares de l’art actuel comme Annette Messager, Sophie Calle ou Françoise Pétrovitch. Partant de ce constat qui frappe d’emblée, le manque d’originalité peut ainsi être à déplorer : au rez-de-chaussée, un « cœur » de Niki de Saint Phalle succède à un cliché de Pierre et Gilles, et ainsi de suite… La prise de risque aurait pu se trouver dans le choix de plusieurs peintures figuratives de jeunes artistes encore méconnus mais les toiles présentées sont peu convaincantes et la figuration semble plus que jamais être la nouvelle tarte à la crème de l’art contemporain. Il sont rares les moments où l’émotion a le loisir d’affleurer, sauf peut-être au sein de la section « Cœur brisé » avec la soft sculpture d’Annette Messager et l’installation de Sophie Calle, qui sait toujours décocher une flèche en plein dans le cœur de son spectateur. Les photographies en noir et blanc de Claude Nori à Vérone, belles et frappantes, sont également à retenir. Si vous n’êtes pas familier de l’art contemporain, Cœurs offre malgré tout une jolie flânerie esthétique et initiatique, ponctuée de vraies découvertes comme les dessins de Marc Molk aux titres aussi poétiques qu’Une chose sainte et sublime.

Malgré les réserves que le visiteur peut avoir sur l’exposition en elle-même, c’est la riche programmation du musée de la Vie romantique qui la rend attractive. Par exemple, une conférence intitulée «Inexplicable cœur : regards critiques sur l’amour romantique» sera donnée par Christine Planté dans ce cadre, et plusieurs « concerts romantiques » et concerts-lectures sont prévus (entrée gratuite pour ces événements). En prime, une journée « spécial Saint-Valentin », le 14 février 2020, où l’accès à l’exposition est libre pour tous, de 10h à 22h et où différentes activités (atelier attrape-cœurs et autres activités à réaliser en famille) vous sont proposées ainsi que plusieurs animations : danse, chansons et DJ set dans un décor extérieur spécialement créé pour l’occasion.

Toutes les informations pratiques sont à retrouver sur le site du musée.

Visuel : Annette Messager, Cœur au repos, 2009 textile – Collection Antoine de Gabert, Paris © Cloé Beaugand © Adagp, Paris, 2020

Les châtiments, création kafkaïenne à Dijon
Rencontre avec la violoncelliste Astrig Siranossian à La Folle Journée de Nantes
Bénédicte Gattère
Étudiante en histoire de l'art et en études de genre, j'ai pu rencontrer l'équipe de Toute la culture à la faveur d'un stage. L'esprit d'ouverture et la transdisciplinarité revendiquée de la ligne éditoriale ont fait que depuis, j'ai continué à écrire avec joie et enthousiasme dans les domaines variés de la danse, de la performance, du théâtre (des arts vivants en général) et des arts visuels (expositions ...) aussi bien que dans celui de la musique classique (musique baroque en particulier), bref tout ce qui me passionne !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *