Expos
Delacroix en héritage, autour de la collection Moreau-Nélaton

Delacroix en héritage, autour de la collection Moreau-Nélaton

16 décembre 2013 | PAR Sandra Bernard

Delacroix, brillant coloriste, était également un dessinateur hors pair, prolixe en croquis et esquisses d’une grande force expressive. Une partie de ces raretés a été léguée, il y a de nombreuses années, au musée Delacroix où elles son actuellement exposées.

Bien conscient de la valeur de ces œuvres, Adolphe Moreau père (1800-1859) fut l’un des premiers grands collectionneurs de Delacroix, reconnaissant, comme l’écrivit ensuite son petit-fils, « les éminentes qualités de dessinateur génial, trop longtemps méconnues en dehors d’une élite de voyants ». Delacroix et Moreau père se fréquentèrent jusqu’à la mort du financier. Son fils, le père d’Étienne, Adolphe Moreau fils (1827-1882), conseiller d’État, partageait son admiration pour le peintre. Il fut le premier à tenter de réaliser le catalogue sommaire des œuvres du peintre, Delacroix et son œuvre (1873). Étienne Moreau-Nélaton prolongea le travail d’historien d’art de son père en publiant Delacroix raconté par lui-même en 1916. La familiarité avec l’œuvre de Delacroix constitua certainement pour Moreau-Nélaton un élément essentiel de la formation de ses goûts et de ses choix. Étienne Moreau-Nélaton (1859-1927) fut un des plus généreux donateurs du Louvre et des musées français. La donation exceptionnelle de cent tableaux en 1906, fut encore enrichie par le legs d’autographes et de dessins au Cabinet des dessins du Louvre.

À travers un ensemble de dessins et de peintures rarement montrés, du fait, des conditions du legs, l’exposition met en évidence le travail d’historien d’art mené par Adolphe Moreau fils et par Étienne Moreau-Nélaton, qui ont contribué à forger la conception de l’art du XIXe siècle au sein des collections publiques françaises.

Prenant place dans la maison et l’atelier de Delacroix, cette exposition, réalisée en partenariat avec le musée du Louvre, propose un ensemble d’œuvres variées allant des croquis aux pentures de très belles factures, en passant par des lettres autographes, des souvenirs de voyage et bien d’autres choses encore.

Sans grandes surprises, mais proposant quelques très belles pièces, cette petite exposition, occupant une demi douzaine de petites salles, est idéale pour une petite sortie familiale et indispensable pour tous les amoureux de l’oeuvre du peintre. Il est également intéressant de voir les différents axes présidant à la constitution d’une collection privée au XIXe siècle et les relations des artistes et de leurs protecteurs.

Visuels : Eugène Delacroix, Cavalier arabe traversant un gué © RMN-GP (Louvre) Jacques L’Hoir / Jean Popovitch//Etudes d’après des miniatures persanes © RMN-GP (Louvre) / Michèle Bellot // Musiciens juifs de Mogador © RMN-GP (Louvre) / Jean-Gilles Berizzi // Essais de couleurs © RMN-GP (Louvre) / Stéphane Maréchalle

Page de l’exposition sur le site du musée du Louvre

Présentation de l’exposition sur le site du musée Delacroix

Informations pratiques

Du 11 décembre 2013 au 17 mars 2014

Musée Eugène-Delacroix
6, rue de Furstenberg
75006 Paris
Tél.: 33 (0)1 44 41 86 50

Métro : ligne 4 – arrêt Saint-Germain-des-Prés et ligne 10 – arrêt Mabillon.

Horaires : Ouvert tous les jours de 9h30 à 17h, sauf le mardi

Tarif : 7 euros (5 euros hors période d’exposition temporaire). Accès libre avec le billet du musée du Louvre.

Infos pratiques

L’acteur Peter O’Toole, qui avait incarné le colonel Lawrence d’Arabie, est décédé
[Interview] Vitaa, c’est « Ici et Maintenant »
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *