Expos

Découvrir Rodin en toute intimité, à Meudon

Découvrir Rodin en toute intimité, à Meudon

14 août 2018 | PAR Sabina Rotbart

Moins connu que l’hôtel de Biron, musée monographique le plus visité de Paris, avec 600 000 visiteurs par an, le musée de Meudon permet d’aborder un aspect plus intime de l’artiste, dans un cadre nettement bucolique.

Vous voulez caresser un torse d’homme musculeux sans qu’il ne proteste? Allez à Meudon, dans le jardin de la Villa des Brillants, où Rodin s’installa avec Rose à l’âge de 53 ans. Des répliques des œuvres coulées dans une douce résine blanche incitent invariablement au toucher. Créées comme support pour des ateliers destinés aux enfants et aux personnes handicapées, malvoyantes ou même autistes (lesquelles s’approprient souvent avec profit les corps morcelés présentés ici), ces reproductions en volume attirent, irrésistibles, tant la chair y semble habitée, vivante.

En 1893, quand Rodin s’installe ici parce qu’il manque de place à Paris, les vaches paissent encore à Meudon. Et les chiens de l’artiste courent dans les hautes herbes du pré, sur cette colline crayeuse d’où provient fameux blanc de Meudon. De nouveaux bronzes viennent d’être installés ici, dans le jardin qui domine Paris, une « Muse Whistler», un « Baiser » notamment.

Rodin travaille d’abord dans la véranda où sont présentés les travaux sur colonne, mise en question radicale de la présentation traditionnelle des sculptures comme en témoigne l’Homme qui marche sur colonne, où l’homme est justement minuscule sur une colonne démesurée. La colonne est un élément de l’œuvre et non un support décoratif, un élément présent jusqu’à l’absurde, notamment dans le Monument à Puvis de Chavannes, assemblage loufoque d’une table de cuisine moulée, d’une branche, d’une colonne et de la tête de Puvis. Sans doute la première installation au sens littéral du terme, qui inspira peut-être la Table surréaliste de Giacometti. Meudon, on l’aura compris, c’est le lieu de la création, avec ce fameux atelier des plâtres et ces annexes où ouvriers et mouleurs, mais aussi Rilke, son secrétaire et ami, venaient s’affairer autour de l’artiste.
En septembre, l’atelier des antiques, superbe collection personnelle de Rodin, qui les sortait à l’air, sur la prairie, sera désormais ouverte au public. Mais notre cœur bat pour l’atelier des plâtres où ces collections de jambes, de têtes, de bras, prêts à être assemblés permettent de saisir au mieux le travail de déconstruction de l’artiste.
Enfin, souvenez-vous, c’est ici, qu’une nuit d’été, Steichen tira le portrait du Balzac!

Musée Rodin Meudon
19 avenue Auguste Rodin, ouvert de 13 à 18h, les vendredi, samedi, dimanche. Tel : 01.41.14.35.00 ; 5/3euros
Comment y aller ? RER C puis bus 169 (arrêt Paul Bert).
Musee-rodin.fr

Visuel : ©Sabina Rotbart

Les Surprises, ensemble invité de Bach en Combrailles
Les exilés meurent aussi d’amour : une enfance iranienne à Paris par Abnousse Shalmani
Sabina Rotbart
journaliste en tourisme culturel, gastronomie et oenotourisme. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *