Expos

De l’art à 30 mètres en dessous du sol… L’expérience Pommery à Reims

De l’art à 30 mètres en dessous du sol… L’expérience Pommery à Reims

15 octobre 2014 | PAR Maïlys Celeux-Lanval

Il y a 140 ans fût créée la boisson la plus merveilleuse du monde : le champagne Brut. Pour célébrer cet anniversaire – et pour continuer une décennie d’expositions d’art contemporain – le domaine Pommery accueille Bleu Brut dans ses caves, alias la douzième Expérience Pommery. Petit rappel : chaque année depuis douze ans, le domaine invite un commissaire d’expo et toute une sélection d’artistes à transformer ses caves en salles de musée. Le truc, c’est que les caves Pommery sont extrêmement impressionnantes : imaginez, chacune consiste en un espace pyramidal de trente mètres de haut, en sous-sol. Il y fait froid, humide… L’expérience est marquante.


Le domaine Pommery accueille le visiteur comme un roi : on remonte une grande allée en découvrant petit à petit les nombreux bâtiments, tous imposants, tous fraîchement repeints en bleu. C’est un endroit où l’on se sent exceptionnel, tout y est si grandiose. L’ombre de Madame Pommery plane sur le domaine : cette femme remarquable a fait du champagne Pommery la boisson de la modernité et du raffinement. On la rencontrera plus tard, au cours de l’exposition.
Lorsque le visiteur pénètre dans le bâtiment destiné au public, celui où s’est installée l’exposition, il se trouve face à une œuvre qui prend tout son sens en étant regardée depuis un point très précis. Felice Varini a conçu Disques évidés dans le bleu pour la grande salle du rez-de-chaussée : depuis l’entrée, on voit une magnifique perspective de bulles bleues qui s’installe sur le paysage de la salle. L’œuvre dégage un charme mathématique et esthétique monumental. Quand on s’avance dans la salle, les lignes bleues se détachent les unes des autres, n’ont plus leur sens initial, mais sont le signe d’un secret : il faut savoir où se placer pour les comprendre…
Puis, Mathilde De L’Ecotais a conçu un Blue Bar tout en longueur, où la figure de Madame Pommery est omniprésente, le long d’une frise et sur un portrait : bienveillante, elle regarde les clients déguster son champagne à l’étiquette bleue, dans une lumière bleue, sur des chaises à coussins bleus.
Ces deux œuvres nous mettent dans le bain : l’ambiance sera bleue, et c’est l’unique point commun de toutes les œuvres exposées, leur couleur. Le rez-de-chaussée passé, c’est avec un guide que l’on descend le très long escalier qui mène aux caves. Un léger sentiment de vertige saisit le spectateur, et les choses sérieuses commencent.
En bas des marches, Lionel Estève nous salue avec un mobile tournant sur lui-même très rapidement : les perles deviennent des lignes, formant ainsi une constellation abstraite, vive et délicate. Puis, on entre dans la première cave où l’on découvre un immense porte-bouteilles de Joanna Vasconcelos, toujours bleu, terriblement phallique : il emmène notre regard vers le plafond, oh, c’est haut ! Chaque cave provoquera la même réaction : nos yeux filent tout en haut, glissent sur les murs pentus qui mènent à un seul point, le sommet de la pyramide, 30 mètres au-dessus. C’est très impressionnant.
Alors que l’on commence à ressentir le froid et l’humidité, on visite les caves : l’exposition ne comporte pas beaucoup d’œuvres, mais chacune est mise en valeur de manière spectaculaire dans une cave différente, et le chemin pour aller de l’une à l’autre est l’occasion de découvrir la fabrication du champagne.
L’œuvre la plus spectaculaire est sans doute celle de Xavier Veilhan : une sorte d’énorme vaisseau spatial flotte au-dessus du sol, trois centimètres au-dessus pour être exact. Une longue corde le soutient, montant jusqu’au plafond. Le vaisseau tourne doucement… Le spectacle est hypnotique.
Chaque artiste est très différent, et joue avec le lieu. On aime Julien Salaud et son Petit tonnerre et les danseurs étoiles (2014), installation onirique jouant avec des matériaux fluorescents qui révèlent une certaine angoisse, de l’ordre de celle que l’on ressent dans une cave…

L’expérience Pommery porte bien son nom : on se souviendra de cette exposition comme d’un voyage, dans les entrailles de la Terre et au cœur de l’art contemporain. De nombreuses autres œuvres, absentes de cet article, sont à découvrir dans les profondeurs du Domaine Pommery. Certaines vont changer au fil du temps, détériorées par l’humidité : cela ajoute une touche fascinante aux caractéristiques du lieu, qui a une emprise réelle sur les œuvres. Ça vaut bien un petit week-end dans la magnifique ville de Reims !

1 : Julien SALAUD, Petit Tonnerre et les danseurs étoiles, 2014, Bleu Brut Expérience Pommery #12 © Cecil Mathieu
2 : Felice VARINI, Disques évidés dans le bleu, Reims 2014 Bleu Brut Expérience Pommery #12 © André Morin

Informations pratiques :
Bleu Brut, du 3 octobre 2014 au 30 juin 2015
Domaine Pommery
5 place du Général Gouraud, 51100 Reims. Téléphone : 03 26 61 62 56
Ouvert tous les jours de 10 heures à 19 heures

Le centre Pompidou célèbre le centenaire de Marguerite Duras
[Londres] 40 ans de l’oeuvre de Anselm Kiefer à la Royal Academy of Arts
Maïlys Celeux-Lanval

One thought on “De l’art à 30 mètres en dessous du sol… L’expérience Pommery à Reims”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *