Expos
Daido Moriyama s’expose au flux des passants à la Gare de l’Est

Daido Moriyama s’expose au flux des passants à la Gare de l’Est

29 octobre 2016 | PAR Victoire Chabert

A l’occasion de l’exposition « Provoke » présentée au BAL, Daido Moriyama, figure emblématique de la revue culte japonaise des années 1960, investit la Gare de l’Est pour tracer une ligne symbolique entre Paris et le Japon.

Le BAL présente, en partenariat avec SNCF Gares et connexions, une installation inédite du sulfureux photographe japonais Daido Moriyama. Cet enfant terrible de la photographie japonaise a assisté à tous les grands évènements qui on marqués son pays ses dernières années, et les a immortalisés avec talent.

Né en 1938 au Japon, il est l’une des figures de proue de la photographie contemporaine. Son oeuvre, élaborée depuis cinq décennies, a fait l’objet d’expositions dans les plus grandes institutions parmi lesquelles le MoMA de New York, le San Francisco MoMA, le National Museum of Art d’Osaka, la Tate Modern de Londres, les Rencontres d’Arles, le LACMA de Los Angeles ou encore la Fondation Cartier pour l’art contemporain à Paris. Daido Moriyama est également l’auteur de plus de 200 livres, dont « Scandalous », entièrement sérigraphié aux éditions Akio Nagasawa Publishing paru début 2016.

« Scandalous », l’installation éphémère de Daido Moriyama réalisé Gare de l’Est, réactualise la célèbre série « Accident », initialement publiée sous forme de chapitres dans le magazine japonais Asahi Camera entre Janvier et Décembre 1969. C’est notamment sur la base de ce travail que le critique et photographe Takuma Nakahira demande à Daido Moriyama de prendre part à la revue Provoke en 1969. Cette revue opère une rupture radicale en seulement trois numéros. Elle devient un manifeste culte au Japon, assignant à la photographie, cette « matière à provoquer la pensée », un rôle nouveau qui bouleversera l’histoire de la photographie mondiale.

« Scandalous » consiste en une sélection d’« images visuellement scandaleuses », selon les termes de l’artiste. Daido Moriyama s’approprie ces images, il les recadre et les signe, soulignant ainsi leur statut d’objet de consommation et manifestant sa rupture d’avec la photographie d’auteur. Cette série, comme son nom l’indique, offre à voir des images scandaleuses, d’évènements, de célébrités ou de faits divers, prélevés dans la presse, au cinéma ou à la télévision et présentées sous formes d’affiches. Le tout accrochés et exposés aux yeux de tous les passants, habitants et voyageurs.

Cette exposition renoue avec le style premier du photographe, alliant sujets tapageurs, corrosifs, et privilégiant une capture subjective, fragmentée, explosive de l’expérience du monde qui l’entoure.

Visuels: CR David Paquin – Daido Moriyama Photo Foundation

[Live Report] Pitchfork- jour 2 : La joie de vivre selon Bat for lashes
L’Asticot de Shakespeare à l’Athénée Louis Jouvet.
Victoire Chabert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *