Expos

Costa-Gavras : l’oeuvre photographique à la MEP

Costa-Gavras : l’oeuvre photographique à la MEP

12 juillet 2013 | PAR Yaël Hirsch

 

 

[rating=4]

La maison européenne de la Photographie expose jusqu’au 15 septembre un aspect peu connu de l’œuvre du réalisateur de « Z » et du « Capital » et Président de la cinémathèque Française en 71 clichés des années 1970 à nos jours. Une traversée élégante dans un monde cosmopolite et qui cache en son sein une émouvante sélection de clichés de Chris Marker.

Commençant sur un autoportrait touchant et sur un mot du commissaire de l’exposition, Serge Toubiana, qu’on voit plus tard portraituré il y a assez longtemps pour imaginer l’enracinement de l’amitié, ces Carnets Photographiques Costa-Gavras à la MEP sont exclusivement en noir et blanc. Élégance et saisissement généreux d’une humanité sur le vif sont les deux caractéristiques d’un réflexe que Costa Gavras considère modestement comme une pratique ou un hobby mais pas comme un art. Il y a des clichés du monde entier, Chine, Iran ou États-Unis, volontiers des passants saisis dans la rue, des rêveurs attablés dans des décors urbains, des éléments décalés dans des décors exotiques, des photos de tournage, avec évidemment quelques « stars ». Mais cela reste sur le mode du profil bas et de l’intime; puisqu’il s’agit surtout des amis : Coline Serreau mystérieuse et d’une beauté ardente en 1971, Romy Schneider et Yves Montand en repérage pour « Clair de femme ». George Semprun, compagnon de route de l’Aveu ou officiellement à son bureau de ministre de la Culture à Madrid…
Dans une des deux salles de cette exposition très réussie, l’engagement politique de Costa est bien représenté par ses clichés de manifestations (notamment tout un mur passionnant de mai 1968) et des portraits d’hommes politiques en représentation officielle. C’est dans cet espace politique, que Costa-Gavras a décidé de rendre hommage à Chris Marker, en montrant les foudroyantes photographies que ce dernier a prises sur le tournage de l' »Aveu »(1970).

Une exposition à la fois modeste et intense, où l’on traverse, mine de rien les 40 dernières années, et où Costa communique ses engagements et ses tendresses.

visuels : Autoportrait / Immigré Grec, 5e avenue, New York, 1991 / Yves Montand et Romy Schneider en repérage pour le film Clair de femme, 1978 © Costa-Gavras

Infos pratiques

Jazz Sous les Pommiers
Musée d’Art Moderne – Paris
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *