Expos
Cap sur la Villette pour Valérian et Laureline

Cap sur la Villette pour Valérian et Laureline

22 juin 2017 | PAR La Rédaction

Cet été ils seront partout ! Propulsés sur grand écran avec le film « Valérian et la cité des mille planètes » de Luc Besson, les deux héros de bande dessinée, Valérian et Laureline, s’invitent à la Cité des sciences et de l’industrie jusqu’au 14 janvier 2018. Départ imminent pour une mission spatiale toute particulière.

[rating=4]

Imaginés par Jean-Claude Mézières au dessin et Pierre Christin au scénario, les deux agents spatio-temporels nous entrainent dans leur monde farfelu. L’exposition en immersion invite, à peine entré, à télécharger une application créée spécialement pour l’occasion. Des murs jusqu’au catalogue, la réalité augmentée se greffe à la quarantaine de planches originales pour une visite tournée autour de l’image. Des tablettes à disposition, entre vaisseaux spatiaux et Shingouz, créatures amies de nos héros, le spectateur part à la conquête des mondes extraordinaires révélés pour la première fois en 1967. Relevant pourtant de la science-fiction, les aventures de Valerian et Laureline trouvent un nouvel écho. Alors pensées comme une discussion, planches et analyses de scientifiques se répondent.

Les voyages dans le temps sont ils plausibles ? Qu’est ce qu’un Kamuniks, cette créature à corps de cheval et carapace d’insecte ?

A ces questions, Rolland Lehoucq, astrophysicien, Alain Musset, géographe et Jean-Sébastien Steyer, docteur en paléontologie, trouvent solutions. Tout trois fans de la bande dessinée, ils s’amusent à décrypter une faune et une flore extraterrestres autours de six alcôves. Quatre thématiques dominent cependant : univers, civilisations, diversité et politique-fiction. Un vaste panel permettant aux visiteurs d’en apprendre plus, tant sur les écosystèmes et sociétés qui composent les découvertes de nos protagonistes, que sur notre monde. Tout droit venus du XXVIIIe siècle, les aventures de Valérian, porteuse d’un message d’espoir trouvent un reflet dans notre société moderne. Du colonialisme au fascisme, aucune époque n’est épargnée avec en fond sonore un doux message de paix que Valerian, ce héros qui n’a rien d’extraordinaire, incarne. Derrière ces planches, se cache aussi un travail de réflexion sur nos rapports à la nature et aux autres avec crédibilité et toujours avec poésie. Ludique et colorée, cette « mission pour la cité » nous offre les clés de lecture d’un monde qui se cherche.

Cyrine Ben Romdhane

Infos pratiques

Galerie Polka
Le Saint André des Arts
Nausicaa Ferro

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *