Expos
Bruno Ythier, conservateur de la Cité internationale de la tapisserie nous parle de « Aubusson tisse Tolkien »

Bruno Ythier, conservateur de la Cité internationale de la tapisserie nous parle de « Aubusson tisse Tolkien »

26 juin 2017 | PAR Amelie Blaustein Niddam

A l’occasion de l’exposition« Aubusson tisse Tolkien », Bruno Ythier, conservateur de la Cité internationale de la tapisserie qui accueillera l’événement du 1er juillet au 18 septembre nous parle de cette entrée du Seigneur des anneaux dans ses murs.

Exposer Tolkien à Aubusson, cela semble aussi fou que génial ! Comment a germé cette idée ?

– BY : En 2010, je rédigeais le Projet scientifique et culturel du musée au sein de la Cité internationale de la tapisserie en devenir, et le projet de Nef des tentures avait émergé. S’était alors posé la question de ce que serait une tenture du XXe siècle fondée comme aux XVIe ou XVIIe siècles sur un grand récit littéraire. Les récits de J. R. R. Tolkien sont apparus comme une évidence. Nous avons donc recensé les différents illustrateurs des écrits de Tolkien, dont l’écrivain lui-même. En 2012, une interview de Christopher Tolkien au journal Le Monde a donné la clé à l’équipe de la Cité de la tapisserie : c’était la mémoire de l’œuvre graphique de J. R. R. Tolkien lui-même qu’il fallait mettre en valeur.

Les négociations avec la famille Tolkien et le Tolkien Estate ont ainsi abouti à un partenariat pour la création en quatre ans de 14 pièces monumentales tissées d’après des aquarelles originales de l’auteur du Seigneur des Anneaux. L’espace de présentation qui ouvre cet été va permettre aux visiteurs de découvrir les coulisses de cet incroyable travail de transposition.

La tapisserie ne cesse de se moderniser, mais ici, la pratique sera classique, n’est-ce pas ?

La tapisserie d’Aubusson tisse les artistes contemporains depuis 5 siècles et demi ! L’aventure continue, mais dans le cas de la tenture Tolkien, l’objectif est de retrouver l’écriture technique contemporaine des dessins originaux, c’est-à-dire les années 1920-1930. C’est une période fondamentale dans l’histoire de la tapisserie du XXe siècle, avec une écriture technique très marquée, employant des couleurs pures et certains points de la tapisserie médiévale. Les dessins originaux sont donc agrandis en fonction de cette écriture technique, aujourd’hui peu usitée. Il s’agit de respecter l’intention graphique originelle de J. R. R. Tolkien, et les lissiers chargés des tissages devront se conformer à ce parti-pris établi par le comité de tissage.

Est-ce que les fans du Hobbit vont le retrouver ?

Oui ! Les illustrations créées par J. R. R. Tolkien pour l’édition américaine du Hobbit en 1937 constituent la plus grande part du projet de tenture en 14 pièces tissées. Cet été les visiteurs découvriront, avec le premier carton qui servira de guide aux lissiers, comment sera tissé le fameux Bilbo voyageant sur un tonneau…

Avez-vous pensé pour l’occasion une approche du public adolescent ?

Oui, et pas seulement. Pour les fans de Tolkien, les professionnels de la tapisserie, les ados comme pour les néophytes, les maquettes agrandies et un salon de lecture offriront une immersion tant dans l’œuvre littéraire que l’imaginaire graphique de Tolkien, en permettant de faire le lien entre Tolkien auteur et Tolkien dessinateur.

Visuel : © The Tolkien Estate Limited 1937

Informations pratiques

Du 1er juillet au 18 septembre à la Cité internationale de la tapisserie, BP 89 – Rue des Arts
23200 AUBUSSON.  Fermé le mardi.

[Article partenaire]

 

Emanuel Gat prend le Peyrou [Montpellier Danse]
Gagnez 3×2 places sur le concert A nocte temporis (Festival de Saintes) + 2 coupes de champagne (14 juillet)
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “Bruno Ythier, conservateur de la Cité internationale de la tapisserie nous parle de « Aubusson tisse Tolkien »”

Commentaire(s)

  • CLAIRE COSTOM

    QUE PENSEZ VOUS DE L’OEUVRE DE JEAN LURÇAT « LE CHANT DU MONDE »
    AU MUSÉE D’ANGERS…JE SUIS PROPRIETAIRE DU « GRAND NEPTUNE » 1966
    PAR ATELIER PICAUD À AUBUSSON UNE OEUVRE DU CALIBRE DU CHANT DU MONDE.
    CLAIRE COSTOM

    novembre 15, 2017 at 17 h 57 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *