Expos

Le bonheur est dans l’insta(nt). De l’éphémère à la rencontre. Xavier Gras et Gosia Warminska

Le bonheur est dans l’insta(nt). De l’éphémère à la rencontre. Xavier Gras et Gosia Warminska

08 septembre 2018 | PAR Jean-Marie Chamouard

Dans le cadre du groupement Intensité d’Olivier Wahl, Xavier Gras et Gosia Warminska organisent « Le bonheur est dans l’insta(nt) », une exposition-rencontre photographique du 14 au 16 septembre 2018 au Laboratoire d’exposition, 13 rue de l’Echiquier 75010 Paris. Cinquante photographes devenus de onze pays exposent deux cent cinquante images.

Toute la culture : Vous organisez une exposition de photographies : parlez-moi d’abord de votre parcours professionnel ?
Xavier Gras : J’ai suivi le cours de théâtre Jacques Lecoq puis j’ai été comédien pendant quelques années. Ensuite j’ai travaillé dans la communication puis j’ai créé ma propre agence de production de théâtre d’entreprise, Decommedia, dont le but est d’accompagner les innovations et le changement dans les entreprises.
TLC : Vous avez eu un parcours professionnel très varié : pourquoi pratiquez- vous maintenant la photographie ?
XG : Je me suis intéressé depuis toujours à la photographie, et plus récemment aux arts plastiques : le dessin, la sculpture. Je poursuis en cela une tradition familiale, mes frères ayant suivi des formations artistiques et ma mère ayant pratiqué en particulier le dessin.
TLC : Olivier Wahl accueille l’exposition. Pouvez-vous me préciser l’aide et l’accompagnement qu’il vous a procurés ?
XG : Olivier est lui-même un artiste plasticien expérimenté. Sa vocation est d’accompagner les artistes dans leur parcours grâce à des dispositifs individuels et collectifs dans une démarche d’essai et de recherche. Il dispose d’une galerie ou plutôt un laboratoire d’exposition dans lequel il permet à de nombreux artistes d’exposer leurs œuvres et d’aller à la rencontre du public. « Le bonheur… » correspond parfaitement à sa démarche.
TLC : Comment avez-vous connu Gosia Warminska ? Quelle aide vous a-t-elle apportée ?
XG : J’ai fait sa connaissance sur le réseau social Instagram où elle dispose comme moi d’une galerie d’images qui m’ont touché. Sans l’avoir rencontré physiquement, je lui ai proposé de participer à l’aventure de cette « exposition-rencontre »à laquelle elle a apporté une aide logistique précieuse et enthousiaste en mobilisant des artistes de l’est de l’Europe, étant elle-même polonaise de Lublin.

TLC : Vous publiez vos photographies sur le réseau Instagram : en quoi les réseaux sociaux ont-ils facilité votre travail d’organisation ?
XG : Les réseaux sociaux offrent la possibilité de créer des échanges à travers la France et le monde entier : le réseau social Instagram m’a permis d’identifier des artistes divers et créatifs, de les contacter, de les inviter à participer à cette exposition-rencontre.
TLC : Parlez-moi de l’exposition que vous avez réalisée l’année dernière avec la photographe Nancéenne Isabelle Cuny ?
XG : C’était une exposition « prototype ». Elle a permis de voir qu’il est possible de monter une exposition avec une personne dont on ne connaît que les images et que l’on rencontre pour la première fois à la gare de l’Est, puis au moment de l’accrochage à la galerie. Forts de ce succès, il a été décidé de passer à plus grande échelle avec « le Bonheur est dans l’Insta(nt) ».
TLC : Quel est le thème de l’exposition ?
XG : Le thème est peut-être le bonheur, celui que procure l’observation du monde, l’émotion contrastée qu’il suscite, les traces que l’on en garde sur la pellicule ou les pixels, les rencontres qu’il provoque. Les artistes qui exposent sont libres du choix des images qu’ils exposent.

TLC : Pour conclure, quel sens donnez-vous à votre initiative ?
XG : La vocation de l’art est d’abord de créer du lien entre artistes et spectateurs mais aussi entre artistes. A l’époque de l’accélération des échanges et de la dématérialisation nous prendront le temps de l’art. Le temps de regarder réellement les images de ces cinquante artistes, de les entendre commenter de vive voix leur travail et de les encourager dans la poursuite de leur parcours artistique.

Entretien réalisé le 7/ 09/ 2018 par JM Chamouard
NB : la prochaine édition aura lieu au même endroit en Mars 2019 sur le thème « A touch of kindness » et avec le parrainage d’Elliott Murphy

Visuel : Affiche de l’exposition

Brève : Concours de chefs d’orchestre Evgeny Svetlanov – annonce des finalistes
La playlist quasi working girls
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *