Expos

Albums : la Cité de l’immigration passe la BD au crible de la vision des nouveaux venus

Albums : la Cité de l’immigration passe la BD au crible de la vision des nouveaux venus

26 novembre 2013 | PAR Yaël Hirsch

René Goscinny, Enki Bilal, Jose Munoz, Baru, Farid Boudjellal, Marjane Satrapi, Margerite Abouet… Autant de grands noms de la BD qui sont des immigrés en France… Le Musée d’histoire de l’immigration passe une partie de leurs œuvres au crible d’une diversité pédagogique et colorées. Une expo bien pensée, pour les petits comme pour les grands. Jusqu’au 27 avril 2014.

[rating=4]

cité de l'immigrationC’est en trois grandes étapes que le musée d’Histoire de l’Immigration passe son objet de prédilection au lecteur très instructif de la BD. D’abord en présentant des portraits de grands dessinateurs, aux États-Unis et en France, qui ont marqué le monde de la BD de leur coup de crayon, mais aussi de leur vue originale sur les sociétés dans lesquelles ils arrivaient : côté US, George McManus exprime dans des comics de quotidiens l’opacité des classes sociales, et, d’origine juive austro-hongroise, Will Eisner décrit l’immigration new-yorkaise lorsqu’il invente le roman graphique. Côté français, on (re)découvre les merveilleux ouvriers de Baru (d’origine italienne). D’origine algérienne et arménienne, Farid Boudjellal consacre bon nombre de ses albums à la question de l’immigration, tandis que ceux d’Enki Bilal semblent loin de tout attachement à un pays ou à une terre.

La deuxième partie de l’exposition (« Sur la planche »), plonge dans les œuvres, et chaque espace fait découvrir tout un monde de richesse et de culture, posant également, épreuves à l’appui, la question du passage à de véritable BD autobiographiques.

Enfin, la dernière partie de l’exposition propose des « travellings » où l’on voit que prendre le crayon, c’est aussi s’engager comme intellectuel. La BD peut alors devenir politique.

Très pédagogique, riche de belles explications à la fois techniques et culturelles, Albums propose de nombreuses activités aux enfants. Tenant des propos intelligents, montrant des planches à tomber de beauté et donnant envie de se plonger dans l’univers de chacun des artistes qu’elle présente, cette exposition du musée d’Histoire de l’Immigration est une grande réussite.

Visuel : © affiche de l’exposition Albums

Goya et la modernité à la Pinacothèque de Paris : un artiste en avance sur son temps
Une odeur de Fin du Monde
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *