Arts
Exposition « Distance ardente » : Un puissant récit de la relation entre l’Europe et l’Afrique

Exposition « Distance ardente » : Un puissant récit de la relation entre l’Europe et l’Afrique

09 juin 2021 | PAR quentin didier

Le projet du MRAC de Sérignan s’inscrit dans le programme « Saison Africa2020 » qui met à l’honneur le continent dans une démarche artistique. Distance ardente questionne la relation évidente entre l’Afrique et l’Europe. Un rapport intense conté par les œuvres d’une dizaine d’artistes africains.

Seuls les quelques kilomètres de hauteur de la mer Méditerranée séparent nos deux continents. Ces derniers sont bien évidemment liés par l’histoire depuis des siècles. Un passé commun dont le terme ardent est un intéressant adjectif. Il résume cette relation passionnelle et très mouvementée où les extrêmes ont souvent été de la partie. Distance ardente évoque bien évidemment cet intense passé commun. Il est question de poser toutes les cartes sur la table, y compris les plus dramatiques, pour peut-être entrevoir un futur main dans la main.

Les fantômes du passé

Les premières œuvres de l’exposition convoque la hantise des évènements des siècles précédents. Les guerres sont toujours présentes dans les mémoires. Il n’est pas question d’oublier le sang qui a coulé sur le sol africain, mais aussi le sang africain qui a pu couler sur le nôtre. Mohamed Arejdal rend hommage aux tirailleurs africains (Sénégalais, Algériens, Marocains et Tunisiens) qui ont combattu pour la France et ses alliés lors de la Seconde Guerre Mondiale. Son œuvre évoque le blanchiment des troupes lors de la Libération. Un triste épisode où les troupes coloniales présentes dans les premières lignes lors de la bataille, sont reléguées bien loin derrière lors de la célébration de la victoire.

Une bravoure qui n’a pas toujours été saluée comme le relève aussi ces quatre silhouettes dans une sculpture bleu, blanc et rouge. Une œuvre dont l’aspect fantomatique est assez hypnotisant. L’ombre de la guerre n’est jamais très loin de cette relation entre l’Afrique et l’Europe. En témoigne cette création où des bras reprennent différents saluts militaires. Mais là où on peut voir la déshumanisation du passé, l’idée d’une universalité fraternelle est aussi visible. L’œuvre La mémoire des indésirables d’Hassan Bourkia sublime le tragique à travers un autel qui rend hommage aux populations de trois camps européens différents : un camp d’immigrés espagnols catholiques qui ont fui le Franquisme, un camp juif de la Seconde Guerre Mondiale, et un camp d’ouvriers maghrébins immigrés d’après-guerre.

Bien penser le futur

Mais dans quelle direction peut bien se diriger le futur de la relation entre l’Europe et l’Afrique après un passé aussi compliqué ? Les problèmes sont toujours là. Le drame de l’immigration clandestine est évoqué dans l’exposition. De l’autre côté de la méditerranée on voit celle-ci comme un obstacle, un lieu d’espoir mais surtout de craintes. Un autre exemple est cette œuvre de Fatiha Zemmouri qui représente une dune. Pour les européens le désert un endroit exotique empli de tant de fantasmes. Mais en Afrique c’est un véritable danger, un environnement sauvage et extrêmement hostile où sévissent des groupes armés. Encore une fois la différence de perspective d’un continent à l’autre est frappante.

Cependant plusieurs superbes œuvres indiquent une direction commune pour les deux continents. Un futur où les relations seraient plus fraternelles et égalitaires, le métissage revenant souvent dans le travail de ces artistes. L’ombre de rapports unilatéraux est cependant toujours menaçante et contemporaine. Khalil Nemmaoui capture les silhouettes de ces cerveaux africains qui fuitent vers l’Europe et d’autres continents, appauvrissent dans une certaine mesure l’Afrique.

C’est bien une dimension fantomatique qui régit les œuvres de Distance ardente. Une hantise qui signifie que rien du passé ne doit être oublié, et que tout est encore à faire pour ces pays émergents.

L’exposition Distance ardente est à retrouver au MRAC Occitanie de Sérignan jusqu’au 19 septembre 2021.

Visuels: ©Exposition Distance Ardente : Œuvres de Mariam ABOUZID SOUALI, Mustapha AKRIM, Zainab ANDALIBE, Mohamed AREJDAL, Hicham AYOUCH, Hassan BOURKIA, Diadji DIOP, Simohammed FETTAKA, Moataz NASR, Khalil NEMMAOUI, Fatiha ZEMMOURI

Bruce Springsteen, premier à revenir sur scène mais seulement pour un public vacciné
[Interview] Jérôme Brunetière : « Au Festival d’Aix-en-Provence, nous contribuons à inventer l’opéra de demain ! »
quentin didier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture