Arts
Dessins politiques, de presse et d’humour : Iturria au musée d’Aquitaine à Bordeaux

Dessins politiques, de presse et d’humour : Iturria au musée d’Aquitaine à Bordeaux

21 avril 2012 | PAR Sarah Barry

« Le dessin de presse, c’est un « art » si je peux risquer le mot » : à tel point que Michel Iturria et ses 40 années de travail pour divers journaux, principalement le quotidien régional Sud Ouest, sont exposés pendant quelques mois au musée d’Aquitaine à Bordeaux ; plus de 200 documents originaux nous emmènent dans l’univers humoristique et poétique du caricaturiste basque.

Comme le raconte le dessinateur, autrefois pour caricaturer les hommes politiques il fallait se rendre au palais Bourbon où se rassemblaient les députés et les ministres. Les choses ont changé dans la foumillière moderne des médias ; la télévision puis internet livrent les politiques directement dans les ateliers. Honoré Daumier aurait pu se passer de ses bustes en terre cuite.

Né à Bordeaux en 1946, Michel Iturria dit appartenir « à une génération très politisée ». Le dessinateur de presse qu’il est se doit d’illustrer une pensée commune, « sentir son pays » pour redonner les « réactions collectives sous-jacentes », que ce soit à l’échelle nationale, internationale, mais aussi à la mesure d’une région, comme l’Aquitaine, qui est porteuse d’une pensée et d’une identité particulières.

Lorsque l’évènement important arrive, par exemple la chute du mur de Berlin, le dessinateur doit jouer de sa sensibilité et traduire l’émotion qui convient. Et souvent le texte ne saurait remplacer le pouvoir d’expression de l’image : quand l’Egyptien Anouar el-Sadate entreprend de se rendre en Israël, Michel Iturria dessine la Mer Rouge s’écartant devant lui comme devant Moïse.

Iturria est également l’auteur d’une série de bandes-dessinées sur le rugby éditée dans les années 80 : les Rubipèdes. Fasciné par ce sport et joueur lui-même, le dessinateur met en scène ces dieux du stade, ou « demi-dieux », qui évoluent sur un terrain si favorable dans le Sud-Ouest de la France, tout en étant aussi plaisamment surnommés par d’autres les « bipèdes ».

Ainsi, en plus de présenter les différentes créations de l’artiste, l’exposition « Iturria, la vie comme elle va ! » exemplifie sur 650 mètres carrés la vie d’un dessinateur de presse : croquer l’actualité, moquer sans méchanceté, aborder des sujets graves sur le bon ton, prendre ou ne pas prendre certains risques selon le contexte socio-politico-religieux dans lequel on évolue …

A noter, le jeudi 10 mai à 18h : Conférence « Le dessin politique de l’Ancien Régime à la Grande guerre », par Régine Bigorne, responsable du musée Goupil.

 

Visuel : Affiche de l’exposition (c) Musée d’Aquitaine, Bordeaux.

Pina Bausch, 1980, la danse est dans le pré
La Triennale 2012 ou la résurrection du Palais de Tokyo
Sarah Barry

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture