Design

Revival de l’Art Nouveau au Musée d’Orsay

13 décembre 2009 | PAR Alienor de Foucaud

Jusqu’au 4 février, le Musée d’Orsay propose à ses visiteurs un voyage au travers des décennies qui ont fait revivre l’Art Nouveau. Histoire de l’art, décoration intérieure, design et graphisme : autant de domaines sont conjointement touchés par le phénomène, une exposition protéiforme qui présente les différents cheminements de cette redécouverte et son insertion dans l’air du temps.

art nouveau movie poster L’exhibition investit les lieux dans une mise en scène in situ, une série de petites niches se succèdent découpant l’Histoire en mouvements et thématiques sous le patronyme du revival. La réhabilitation de l’Art Nouveau procède ainsi d’une reconnaissance épisodique. Le surréalisme d’abord lui fait hommage, la ligne courbe et sinueuse investit la création contemporaine, ici des photographies de Man Ray, là des morceaux de Gaudí et Dalí. Les formes d’eau de Brassaï célèbrent un art vivant, une mouvance et une sinuosité languissantes : le Modern Style prend ses marques, une pureté immaculée des entrelacements oniriques nous séduit. L’espace du rêve est soudainement à portée de main.

L’ondulation du mouvement glisse vers un design organique, célébration d’un homme moderne, investissement de matériaux nouveaux, mise au point d’un langage simplifié reposant sur la liberté et la fluidité rythmique. Le fauteuil club version 69 invite à se lover et à libérer son imagination. En rompant avec l’académisme bourgeois, on ne cherche plus « à faire riche » mais « à faire beau ». Les surfaces ne sont plus seulement décorées mais aussi décoratives.

Art Nouveau Affiche The DoorsDu sensualisme de la femme érotisée et libérée et du style liberty, le psychédélisme des années 60 crie gare. Affiches et pochettes de vinyles, le Power flower et la pop culture font fureur : faire appel aux sens plus qu’à la raison. Arabesques impétueuses, dilatation du trait, expression de la couleur, fluidité de l’image, le tout bercé par le rythme rock des Doors et des Pink Floyd, Orsay dance et on aime ça…

C’est donc dans un univers underground et pop que l’exposition renoue avec le vaste projet de l’Art Nouveau, celui de saisir les influences du phénomène dans toutes ses expressions artistiques et sa diversité et de les restituer avec quelque humour, dans le cadre de vie de l’homme moderne. Orsay nous fait voyager et nous donne des idées, un saut chez Knoll à la sortie de l’expo s’impose !

« Art Nouveau Revival 1900. 1933. 1966. 1974″, jusqu’au 4 février 2010. Musée d’Orsay, 7e Paris. 01. 40. 49. 48. 14. Métro : Solférino. Ouvert du mardi au dimanche de 9 h 30 à 18 h 30, nocturne jeudi jusqu’à 21 h 45. www.musee-orsay.fr

Pigalle, la nuit
Spécial Copenhague : la publicité a-t-elle un label écolo ?
Alienor de Foucaud

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *