Design

Lyon : Laurence Oppermann, la femme d’or et d’argent

Lyon : Laurence Oppermann, la femme d’or et d’argent

17 décembre 2018 | PAR Pulcherry Von Ober

Si Lyon est connu pour faire frémir les papilles et agiter les babines, ce que l’on sait peut être moins, c’est que derrière les murs de cette ville, or et argent, diamants et pierres se façonnent, se sculptent pour donner naissance à des pièces de joaillerie contemporaine, et cela depuis des années.C’est donc au détour d’une rue au centre de Lyon, que Laurence Oppermann nous a ouvert ses portes.

A peine entré, le visiteur plonge sur le magnifique établi où pinces, dés à emboutir, enclumes, bouterolles, ciselets, permettent à Laurence de forger,marteler et ciseler le métal.Dans les yeux de Laurence, se lit la passion, celle qui forge un destin. En effet, il y maintenant plus de 20 ans, Laurence faisait une rencontre exceptionnelle, celle qui allait bouleverser sa vie : la rencontre avec des plaques d’argent  et d’or dont les reflets  la fascinèrent, dont les multitudes possibilité de sculptures, la sidérèrent.

Bien sûr qu’une formation accompagna cette « animation » de son cœur et elle se déroula à Genève avec des études d’art décoratif par une professeure exceptionnelle, précurseur dans le bijou d’art contemporain.

Ensuite, ce furent les galeries de bijoux à Genève, Lausanne, Berne, Munich, Vienne qui l’exposèrent. Puis sa réputation se tissa à la manière d’un fil d’or…

Aujourd’hui, Laurence reçoit en rendez-vous privé dans son atelier pour confectionner des bijoux uniques parce que sur mesure ou encore moderniser des bijoux anciens quand des clients lui demandent.

Seuls diamants et pierres précieuses se sertissent dans ses créations très contemporaines d’or et d’argent.

Et puis, Laurence affectionne tout particulièrement le martelage, « forger la matière me fascine parce que je vois le volume qui se transforme se transformer ». Laurence a opté pour cette technique car celle de la cire, celle qui oblige à faire un moule dans lequel on fond la matière pour en faire une pièce, « ce n’est pas pour moi. Je préfère faire corps avec elle, me laisser guider par elle. C’est un échange, un dialogue, une composition…presque musicale pour l’harmonie, mais extrêmement physique. Car la matière est solide et dure. »

Laurence affectionne des formes « les rondes, les sphères, c’est plein de douceur, et en même temps, cela signe un contraste avec l’argent qui est dur. Oui, c’est cela, j’aime la force, la puissance mais en douceur ! « s’exclame-t-elle avec un grand sourire.
Et lorsque nous demandons à sa cliente pourquoi elle a choisi ce type de bijoux, « C’est simplement de l’émerveillement. Oui, à chaque fois que je rentre ici, je suis émerveillée. Tout est si original, beau.  Et surtout, j’ai un bijou à mon image, celui qui révèle ce que peut être je n’ose pas affirmer ou montrer. Ces bijoux sont une partie de moi »

A la question « Auriez-vous pu exercer un autre métier ? » Laurence réfléchit pour finalement conclure « Non, une fois que la matière vous a conquise, vous ne pouvez plus vous en passez. Vous racontez son histoire au quotidien et elle m’enchante ma vie chaque jour. C’est… » Laurence se tait, s’interroge et reprend «  oui, je peux dire c’est une histoire d’amour ».

Pour une rencontre particulière : Laurence Oppermann 06 61 41 02 05.

(crédit photo : Pulcherry)

Imagine John Yoko : interviews, documents et photos inédites autour de la genèse de l’album mythique.
Agenda culture de la semaine du 17 décembre 2018
Pulcherry Von Ober
Un regard posé sur l'esthétique car la beauté donne le ton de l'harmonie. Des papilles constamment en éveil ! http://www.sensetpeau.com/blog/ https://www.instagram.com/leschicsgourmandises/ @leschicsgourmandises

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *