Design

Échange de bon procédé entre les galeries allemandes et françaises : 2ème édition

19 janvier 2010 | PAR Delphine Ameline

Après le succès de l’édition 2009 de « Berlin – Paris. Un échange de galeries », les galeristes des deux métropoles de l’art contemporain s’associent à nouveau. Treize galeries de la capitale allemande ont ainsi convié quatorze galeries françaises à exposer dans leurs locaux les artistes de leur choix, du 15 au 23 janvier. Échange de bon procédé, les galeries allemandes présenteront les artistes  de leur choix à Paris du 29 janvier au 6 février.

paris-berlin-galerieUne belle opportunité pour les artistes allemands et français d’art contemporain à l’initiative de l’ambassadeur de France en Allemagne, Bernard de Montferrand. Cette coopération artistique est aujourd’hui un événement essentiel dans les deux métropoles d’art européen dans lesquelles les galeries ont la possibilité de présenter les artistes de leur choix, souvent peu connus pour les visiteurs de la ville qui reçoit.

Cette association du binôme franco-allemand s’élargit cette année à seize nouveaux venus. Parmi eux, il va falloir compter Denise René, ou encore Konrad Fischer. L’intérêt de cette expo hors du commun c’est également le choix des galeristes. Les Allemands ont pu choisir qui ils avaient envie de voir, par affinité esthétique, commerciale ou autre… Une coopération qui suscite l’intérêt de pas moins de quatre sociétés d’amis de musées qui se sont déplacés à Berlin pour l’occasion.

Une opération d’autant plus intéressante qu’elle est profitable à tout point de vue : peu couteuse d’un coté, elle permet de révéler de jeunes artistes à travers le monde. L’intérêt que suscite cet événement, tant pour les esthètes que pour les collectionneurs, permettra probablement de faire du projet « Paris – Berlin »   un rendez – vous fixe dans les calendriers français et berlinois de l’art contemporain.

Match retour dans les galeries du Marais à Paris du 29 janvier au 6 février. Plus d’informations sur le site officiel.

Pascal Sangla, une pause qui réchauffe
Izis, photographe du rêve.
Delphine Ameline

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *