Arts

«Dans l’intimité des frères Caillebotte, peintre et photographe» au Musée Jacquemart-André

04 avril 2011 | PAR La Rédaction

Une mise en regard artistique inédite des œuvres des deux frères Caillebotte : Gustave le peintre et Martial le photographe. Une ballade familiale poétique empreinte de douceur et de sérénité à  découvrir jusqu’au 11 juillet au Musée Jacquemart-André.

La peinture de Gustave Caillebotte est connue du grand public mais l’art de son frère : compositeur, pianiste et surtout, photographe restait jusqu’alors plus confidentiel.

Ainsi, le Musée Jacquemart-André a entrepris de faire ce qu’aucun musée n’avait fait auparavant : mettre directement en parallèle les photographies de Martial et les œuvres de Gustave. Plus de 50 toiles et près de 130 tirages modernes sont présentés dans cette exposition, permettant au visiteur de ressentir les affinités profondes qui unissaient les deux frères.
Le travail photographique de l’un inspire les tableaux de l’autre (et réciproquement), avec toujours cet intérêt commun pour les thèmes représentés : vues de Paris, scènes familiales, jardins printaniers, activités en plein air ou encore plaisirs de l’eau…

Le visiteur pourra parcourir, avec plaisir cette exposition originale, découvrant de salle en salle, les différentes facettes de leur environnement et les passions des deux frères ainsi que les thèmes qui leurs sont chers.

Tendresse et intimité dans la représentation des scènes familiales : déjeuners, parties de cartes, promenades ou séances de lecture.
L’engagement impressionniste se fait ressentir tout au long de l’exposition, notamment dans les scènes de plaisirs du jardin rappelant les œuvres de Monet et la série « Au fil de l’eau » évoquant les loisirs nautiques de la grande bourgeoisie parisienne.
Les deux artistes se font aussi témoins d’un Paris en pleine mutation, s’attachant à montrer dans leurs œuvres les symboles de la modernité qui les fascinait : automobiles, chemins de fer, ponts… etc.

Cette exposition, d’une belle richesse, tout en légèreté, permet de faire découvrir un nom qui s’inscrit désormais dans l’histoire de la photographie, celui de Martial Caillebotte. Elle a pour ambition de rendre un double hommage à ces deux personnalités au talent à la fois proche et distinct… A ne pas manquer !

Visuels :

(1) Gustave Caillebotte, Les Roses, jardin du Petit Gennevilliers, 1886, huile sur toile, 89 x 116 cm, collection particulière

Anaïs Tridon

Wayne Shorter, Herbie Hancock et Marcus Miller rendent hommage à Miles Davis à l’Olympia le 18 juillet
Avec Man, Budam entre dans la cour des grands
La Rédaction

2 thoughts on “«Dans l’intimité des frères Caillebotte, peintre et photographe» au Musée Jacquemart-André”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture