Arts
Daniel Cordier fait une nouvelle donation au Centre Pompidou

Daniel Cordier fait une nouvelle donation au Centre Pompidou

03 août 2015 | PAR Elodie Schwartz

Le collectionneur et organisateur d’expositions Daniel Cordier a une nouvelle fois fait preuve de générosité en offrant au Centre Pompidou plus de cent-cinquante objets issus de sociétés non-occidentales et treize œuvres majeures…

Depuis 1973, Daniel Cordier, collectionneur renommé, effectue de nombreuses donations à différents musées. Mais c’est sûrement au Centre Pompidou que le marchant d’art, critique et historien a le plus donné, environ « un millier d’objets et d’œuvres d’art », révèle le site AMA.

Ayant déjà légué une partie de sa collection d’art contemporain, Daniel Cordier, qui conserve également divers objets dont des pierres de rêves chinoises ou des faucilles, a une nouvelle fois décidé de donner au Centre de nombreuses pièces qu’il a accumulé avec le temps. Parmi elles : cent-cinquante objets extra-européens et treize œuvres modernes de Paul Klee, Dado, Georgik, Bernard Réquichot et Louise Nevelson.

« À cela viennent encore s’additionner les archives de sa galerie (1956-1964) ainsi que des documents personnels », précise le journal Connaissance des Arts. Autant de documents riches (boîtes, photographies, dossiers…) qui permettent d’éclairer les choix de Daniel Cordier quant à sa sélection d’œuvres.

« Pour cette nouvelle donation de juin 2015, comme pour les précédentes, les objets ont été réunis selon une approche qui ne relève ni de l’ethnographie, ni de la recherche du chef d’œuvre, mais plutôt d’une sensibilité propre, marquée par un penchant pour l’organique et la matière », précise Paris-Art.

Né en 1920, Daniel Cordier, résistant, ancien secrétaire de Jean Moulin devenu artiste et galeriste, ne cesse de constituer une collection faites de coups de cœurs mêlant objets asiatiques, africains, océaniens et américains, sans oublier des pièces d’artistes majeurs (César, Soutine, Hantaï, Matta). Aujourd’hui, à bientôt 95 ans, il prépare le troisième tome de son autobiographie après Alias Caracalla (2009) et Les Feux de Saint-Elme (2014).

Visuel : © Wikipédia

Londres consacre une première grande rétrospective à Ai Weiwei
EuropaCorp en crise financière ? Son associé Relativity fait faillite
Elodie Schwartz

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *