Arts

Charlelie Couture en dédicace à la Galerie W le 6 octobre

Charlelie Couture en dédicace à la Galerie W le 6 octobre

28 septembre 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

A l’occasion de l’exposition « New York BE CharlElie »,à la  galerie W, la plus New-Yorkaise de Paris,  l’amoureux de Big Apple sera en dédicace de son livre de photos éponyme .

Depuis 2004, Charlie Couture vit et regarde New York, dans une interview donnée à Toutelaculture, il nous parlait de cette ville qui l’inspire tant :  » Je n’existe pas, si ce n’est par ce que je fais. A New York on est ce qu’on est. J’ai une galerie entre la 8e et la 9e avenue. Quand les américains entrent ils sont attirés par ce qu’ils voient. Ils disent « c’est beau », « combien ça coute », « c’est bien que vous soyez dans le quartier ». Ils disent « je » .Quand un français entre, il demande « est-ce que ça marche ? », c’est-à-dire, qu’est-ce qu’en pense les autres. On forme son avis sur l’avis d’autrui. A New York les gens sont ce qu’ils sont avec leur arrogance, leur naïveté, leur intention, leur énergie…ce n’est pas le même rapport avec les choses. Cela m’a permis de me reconstruire sur la base de ce que je suis sans chercher à savoir si l’avis d’autrui me soutien, le jour où les médias américains s’intéresseront à moi je serais content mais leur absence ne m’empêche pas d’exister. Dans mon travail de plasticien, je peux vendre seul assez de pièces pour survivre. Les médias américains ne me connaissent pas mais ce n’est pas blessant comme quand les médias français m’ignorent. »

L’exposition  New York BE CharlElie présente Quinze œuvres inédites. Différentes en format, texture et musicalité. Construction, re-construction : CharlElie joue etmaîtrise les possibles du numérique pour faire exploser le sens de ses images. Il juxtapose et ré-interprète des moments/éléments saisis à Manhattan, Harlem, Brooklyn. Vision d’un quotidien urbain qui se reflète dans un esprit kaléidoscopique. Elle s’accompagne d’un livre  hommage à New York. Il la chante, la photo-graffie. 240 pages d’oeuvres et de textes. Dix ans de travail dans la ville de tous les possibles.

Les parchemins à l’heure du numérique: les rouleaux de la mer morte accessibles en ligne
Mais oui, mais oui, l’école est finie! Venez danser au lycée Edgar Quinet!
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *