Arts

Banksy ou le mystérieux street artist : état des lieux et retour sur son projet « Better in than out »

Banksy ou le mystérieux street artist : état des lieux et retour sur son projet « Better in than out »

13 novembre 2013 | PAR Hugo Saadi

Banksy a récemment fait parler de lui avec son projet « Better out Than In » où il a décidé de résider pendant un mois dans la Big Apple. Durant tout le mois d’octobre, une œuvre était réalisée de façon quotidienne sur les murs de New York. Mais qui est donc ce street-artist qui prend l’art comme moyen d’expression afin de critiquer la société ?

Originaire de Bristol en Angleterre, ce street-artist reste un mystère puisque sa véritable identité n’a jamais été dévoilée malgré une photo publiée sur Twitter lors de la préparation d’une œuvre à New-York. La popularité de Banksy s’est développée dès 1998 alors qu’il organise le rendez-vous graffeur appelé « Walls of fire » à Bristol. Mais c’est surtout en 2003 lorsqu’il participe à une exposition à Londres dans une galerie d’art. Puis il se fait connaître du grand public à partir de 2005 quand il s’infiltre en douce dans les plus grands musées américains afin d’y afficher ses toiles. Enfin le 15 décembre 2010, le film « Faites le mur ! » sort au cinéma (trailer en fin d’article). Réalisé par Banksy et se mettant en scène, le documentaire présente les débuts de l’artiste anglais et ses projets réalisés par la suite. Ne se limitant pas qu’aux pochoirs, on peut mentionner ses sculptures comme la célèbre cabine téléphonique assassinée ou dans un autre registre la poupée gonflage d’un détenu de Guantanamo grandeur nature installée dans le parc de Disneyland de Californie. Il porte aussi le nom de terroriste de l’art en Grande-Bretagne la cause : sa capacité à se faufiler dans les musées et autres bâtiments publics. Il aime se faire appeler « vandale de qualité » ses premières œuvres apparaissent en 1993 dans les rues de Bristol et fleurissent dix ans plus tard à Paris, Vienne, San Francisco ou même à Barcelone.

Son nouveau projet « Better out Than In » s’est étalé durant tout le mois d’octobre à New York. Chaque jour, les badauds et les curieux ont pu découvrir une nouvelle œuvre dans la ville. Cette exposition sauvage a connu le vandalisme avec notamment des œuvres repeintes et taguées par-dessus ou alors abimées, détruites et même volées (le pochoir de Banksy donnant au pan de mur une valeur marchande immédiate) ! L’artiste ne fait bien évidemment pas l’unanimité au niveau des institutions, certaines organisations Britanniques dénoncent son travail qui fait l’éloge de l’art du vandalisme.

Le point fort de Banksy c’est qu’il s’emploie à donner vie à des personnages dessinés préalablement en pochoirs puis en les unissant avec des éléments hors contexte ou se trouvant sur les murs tout simplement (bouche d’incendie …). Conçu comme un jeu de piste et une véritable exposition à ciel ouvert, Banksy proposait des explications de ses œuvres par simple appel d’un numéro gratuit inscrit à côté de celles-ci. Il jouait avec les habitants de la ville à la recherche du nouveau pochoir du jour, avec la police ainsi que les journalistes qui traquaient le moindre indice pouvant révéler son identité. Encore une fois, Banksy casse les codes du street-art en proposant autre chose que des pochoirs avec par exemple un camion d’abattoir transportant des animaux en peluche couinant, une vidéo impliquant des rebelles syriens et Dumbo l’éléphant ou encore un jardin itinérant dans une camionnette. Enfin, Banksy propose également des interrogations sur le prix de l’art ou la place de ses œuvres dans la rue. La preuve en est par la vente sauvage de ses réalisation originales à prix discount en plein Time Square. Pour sa résidence new-yorkaise, Banksy a bénéficié d’un énorme succès relayé par les médias du monde entier. Il a aussi été victime de la censure lorsqu’il a voulu publier une tribune dans le New York Times où il s’en prend violemment à la tour en construction à la place du World Trade Center (tribune qui a finalement été publiée sur banskyny.com). Dans l’attente d’un nouveau projet, toutes les œuvres ainsi que les commentaires sont disponibles sur son site web.

visuels © Banksy @http://www.banksyny.com/

Clément Léon R, nouveau maire de la nuit parisienne!
Claire Lasne-Darcueil, nommée directrice du Conservatoire national supérieur d’art dramatique
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *