Architecture
Irak : une oeuvre du Corbusier retrouvée

Irak : une oeuvre du Corbusier retrouvée

18 avril 2012 | PAR Francois Colombi

Un gymnase dessiné par le Corbusier vient d’être redécouvert à Bagdad. Oublié depuis des décennies dans l’est de la capitale irakienne, c’est une chercheuse de l’Institut Français du Proche Orient (Ifpo) qui s’est efforcée de rendre ses lettres de noblesse à cette œuvre architecturale.

Cas étrange que celui de ce gymnase de Bagdad. Commandé en 1957 par un gouvernement irakien riche de son pétrole, il s’introduit dans le vaste projet de cité olympique que le gouvernement envisage de financer. C’est le nom du Corbusier, architecte français à la renommée mondiale et à l’apogée de sa carrière qui circule et qui est choisi par le régime pour réaliser le chantier.

Après un voyage sur place et plus de 500 croquis, les plans du Corbusier reçoivent l’aval des dirigeants. Malheureusement la révolution qui explose en 1958 endort le projet et le fait tomber dans l’oubli.

C’est Saddam Hussein, grand féru d’architecture qui en 1980 relance le projet dessiné par Le Corbusier qui aboutira à sa construction deux plus tard. Bien que l’architecte soit mort depuis quinze ans, c’est l’un de ses anciens associés Georges-Marc Présenté qui veille à la stricte application du projet.

Pendant plusieurs années le stade accueillera divers évènements sportifs et bon nombre de compétitions internationales.

C’est à Caecilia Pieri que l’on doit la redécouverte de l’œuvre du Corbusier. Chercheuse à l’Institut français du Proche Orient, elle est en repérage pour sa thèse en 2005 lorsqu’elle découvre le gymnase. Elle contacte la fondation Le Corbusier France qui en ignorait l’existence «celle-ci « n’avait pas de photos récentes. C’est une œuvre posthume et les chercheurs n’avaient pas accès à l’Irak. Ils ne savaient même pas si elle avait été correctement construite, ils ne l’avaient jamais vue » explique elle.

Malheureusement l’architecture n’est pas une priorité pour le pays qui est en pleine reconstruction. Les dégradations, l’œuvre du temps et l’occupation du stade par l’armée américaine n’ont pas aidé le stade. Cependant le gymnase est en ce moment en rénovation mais les travaux entrepris semblent aller contre la volonté et les choix artistiques du Corbusier. Des faux plafonds et de nouveaux sièges colorés sont en effet venus entacher l’œuvre du maître.

A noter que la façade en béton arbore toujours la célèbre maxime du Corbusier : « Là où naît l’ordre, naît le bien-être ».

Photos du Gymnase

Visuel : (c) Couverture du livre, Corbusier, Jean-Louis Cohen, Taschen.

Soirées parisiennes du week-end du 19 au 22 avril
« To Rome with love » : Woody Allen choisit la capitale italienne pour son dernier film
Francois Colombi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture