Arts
Algérie 1830-1962, une histoire qui s’éclaircit…

Algérie 1830-1962, une histoire qui s’éclaircit…

21 mai 2012 | PAR Fairouz Guedouar

L’exposition Algérie, 1830-1962 aurait pu être polémique de part le sujet quelle aborde, la présence française en Algérie, mais aussi parce qu’elle est abritée par le Musée de l’Armée aux Invalides. On aurait pu croire en une version favorable à l’armée française hors ce n’est pas le cas, c’est une histoire croisée que l’on découvre et surtout une explication qui tombe à pic en cette année du cinquantenaire de l’indépendance algérienne.

De la rencontre avec Jacques Ferrandez, auteur et dessinateur des Carnets d’Orient et son éditeur Casterman avec le Général de division Christian Baptiste, Directeur du Musée de l’Armée est donc née l’idée de cette exposition qui retrace ces 132 années. L’oeuvre de Jacques Ferrandez, en dix tomes, raconte l’histoire d’une famille de Pieds-noirs en Algérie des années 1830 à la fin des années 1950, ses planches ponctuent alors le parcours de l’exposition, entourées d’archives réelles, on y voit bien l’honnêteté de son travail qui correspond bien à l’esprit pédagogique du projet.

Détail d’une planche des Carnets d’Orient par Jacques Ferrandez, T.2, L’année de feu © 1989 Casterman / Ferrandez

 

L’histoire de la présence française en Algérie est traitée du tout début jusqu’à la toute fin, soit de l’arrivée de l’armée à Sidi Fredj jusqu’à l’indépendance en 1962. Plus d’un siècle est donc retracé à travers des oeuvres et objets – uniformes, armes, peintures, documents (officiels et personnels), photos, films, coupures de presse…

Un premier espace est consacré à la conquête de l’Algérie par la France en 1830 puis à l’installation du régime colonial on y retrouve alors les faits militaires marquants et les protagonistes français et algériens tels Abd el-Kader ou le colonel Bugeaud. Un second espace, qui suit chronologiquement le premier rappel d’abord la place de l’Algérie dans l’empire colonial et durant les Deux Guerres mondiales et se poursuit finalement par la guerre d’Algérie, son indépendance qui provoqua le départ des Pieds-noirs et la problématique des harkis.


Plus qu’une histoire militaire, la relation complexe entre la France et l’Algérie est aussi une histoire politique, sociale et économique. On retrouve alors ces thématiques dans l’exposition avec les interventions de spécialistes en la matière, des deux bords, tels Dalila Aït-El-Djoudi, historienne et enseignante en histoire contemporaine,Auteur de La guerre d’Algérie vue par l’ALN : 1954-1962, l’armée française sous le regard des combattants algériens, Paris, Autrement, 2007 ou encore Michel Levallois, docteur en histoire qui intervient sur la politique du Royaume Arabe de Napoléon III. Ces intervenants donnent encore plus d’importance à la dimension pédagogique de l’exposition.

On achève l’exposition avec des témoignages de militaires et de civils, français et algériens. Ils ont en commun une émotion et une expérience à transmettre malgré leurs’ divegeances ce qui fait aussi la richesse de ces vidéos, c’est de passer d’une vision à l’autre. Ce qui est d’autant plus émouvant est de voir déambuler avec soi ceux qui ont vécu l’Algérie française, la guerre et la décolonisation, et qui regardent ces oeuvres et vidéos avec beaucoup d’émotion et qui n’hésitent pas à vous arrêter pour vous raconter leur passé et leur histoire.

Centenaire de l’Algérie, Léon Cauvy, 1929, affiche imprimée, Paris,Bibliothèque nationale de France © BNF Paris

 

L’exposition Algérie, 1830-1962, est donc une exposition à aller voir, ce serait presque un devoir que de se déplacer pour comprendre ce duo à l’histoire complexe d’autant plus qu’elle y est expliquée avec justesse.

 

 

 

 

 

 

 

Gagnez deux pass pour le Sziget Festival
Le festival d’Automne annonce la couleur
Fairouz Guedouar

2 thoughts on “Algérie 1830-1962, une histoire qui s’éclaircit…”

Commentaire(s)

  • delou

    cet article donne vraiment envie d’aller voir l’expo.
    La description de l’expo nous transporte dans les galeries du musée.
    un petit clin d’oeil au ptit vieux…qu’on voit partout..

    mai 21, 2012 at 22 h 57 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *