Arts
« Raoul et Jean Dufy, complicité et rupture » au Musée Marmottan Monet

« Raoul et Jean Dufy, complicité et rupture » au Musée Marmottan Monet

20 avril 2011 | PAR Anais Tridon

Confrontation inédite des tableaux des deux frères Dufy, révélant à la fois leurs divergences et leurs affinités artistiques, sous l’influence du fauvisme et du cubisme. Un voyage haut en couleurs.

Après la rétrospective de l’œuvre des frères Caillebotte au Musée Jacquemart-André, c’est au tour du Musée Marmottan Monet de proposer une exposition sur deux frères artistes, Raoul et Jean Dufy.

Raoul Dufy est déjà connu du grand public mais son frère Jean, est tombé dans l’oubli dès les années 50, il survivra pourtant onze ans à Raoul, décédé en 1953, et continuera à peindre après la mort de son frère.

Jean produit une œuvre riche et partage avec Raoul des préoccupations artistiques communes. Les frères sont proches et entretiennent une correspondance régulière. Ils développent des parcours parallèles et collaborent peu, à l’exception de La Fée électricité, un des tableaux les plus célèbres, qui est aussi l’objet de leur rupture en 1937. Chacun d’eux crée une œuvre abondante (environ 2500 pièces), structurée en séries, traitant de thèmes plaisants, rendus par une perception de la couleur bien différente.

Regroupant une centaine de peintures et d’aquarelles, provenant de musées et de collections particulières du monde entier, l’exposition, à la fois chronologique et thématique, met en évidence les liens qui unissent l’œuvre de Jean à celle de Raoul, tout comme ce qui les singularise l’un de l’autre. On perçoit tout de suite ce qui différencie les deux artistes : ils n’ont pas la même conception de la lumière. Pour Raoul, elle vient uniquement de l’exaltation de la couleur, sa théorie est celle de la « couleur-lumière », tandis que Jean est fasciné par la lumière du soleil. Ce dernier est plus classique et traditionnel dans sa façon de peindre, même si, il est comme Raoul, influencé par l’avant-garde du fauvisme et du cubisme. Raoul, lui, ne cherche pas à rester dans la tradition, il veut proposer sa propre vision du monde, il peint parfois de manière presque enfantine.

Le parcours de l’exposition présente les grands thèmes communs aux deux frères et permet de comparer leurs peintures : mer, fenêtres ouvertes et ateliers constituent la première partie de la visite; puis les thèmes divergent à travers deux sections parallèles : Jean s’attachera beaucoup au monde du cirque quand Raoul traduira celui de la musique, les courses et paddocks de Raoul font ensuite face les allées cavalières de Jean. Enfin, les superbes tableaux ayant pour thème Paris et Nice sont consacrés aux œuvres plus tardives des deux frères et soulignent une évolution commune vers un style graphique initié par Raoul et subtilement revisité par Jean.

Des couleurs flamboyantes et incroyables; une peinture gaie et vivante, voilà ce qui caractérise cette rétrospective. L’exposition propose de dévoiler la personnalité des deux artistes qui furent proches, en confrontant et en comparant leurs œuvres.

Les Nuits secrètes se dévoilent !
L’humour ad (Virginie) Hocq
Anais Tridon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture