Actu

Vagina Museum, le tout premier Musée du Vagin au monde a ouvert ses portes à Londres !

Vagina Museum, le tout premier Musée du Vagin au monde a ouvert ses portes à Londres !

10 décembre 2019 | PAR Chloé Coppalle

C’est une première mondiale ! Vagina Museum, un musée entièrement dédié au vagin a ouvert à Londres cet automne avec comme seul et unique but : éduquer pour ne plus faire du corps et du plaisir de la femme un tabou !

Fondé par trois femmes, Florence Schechter, directrice, Sarah Creed, conservatrice, et Zoe Williams chargée du développement et du marketing, ce nouveau musée à visée pédagogique vient d’ouvrir dans le quartier de Camden, dans le Nord de Londres. Lors d’un interview réalisé avec nos confrères de Vice, Florence Schechter explique que l’idée est tout d’abord venu de l’existence du Musée du Pénis à Reykjavik en Islande. Se rendant compte qu’aucun musée ne porte sur l’anatomie féminine, un déclic opère : pour équilibrer les deux genres, elle décide d’en ouvrir un. Mais manquant de fond, elle commence par un musée itinérant, qui au bout de trois ans seulement, pu s’installer dans un espace fixe grâce à son succès ! 

Ce projet est aussi né d’un constat, celui qu’une grande partie de l’intime féminin est réellement tabou, même chez les femmes. Alors pour pallier à ce manque d’informations ou de connaissances erronées, tout est évoqué pour décomplexer les sujets et les représentations. La masturbation, le sang des règles, l’hygiène, la première exposition, « Muff Busters: Vagina myths and how to fight them » porte sur les idées reçues du corps féminin, histoire d’inaugurer le lieu en posant les bases ! De nombreux  panneaux pédagogiques rythment la scénographie, accompagnés de nombreux documents interdisciplinaires, comme un grand tampon sculpté, recouvert à son extrémité de sequins à paillettes rouges pour changer l’image liée à la saleté circulant sur les règles. Pour la jeune direction, le musée a un rôle de santé publique, car il répond à de nombreuses questions que beaucoup ont peur de poser, hommes, femmes, ou transgenres. En effet, la grande particularité du musée est le choix de ne pas parler que des femmes, mais d’inclure également les problématiques liées à la transsexualité. Le lieu est gratuit et organise, parallèlement à ses expositions, des événements littéraires, cinématographiques, ou des discussions, et est financé par les ventes de la boutique et les donations.

Un lieu à suivre avec attention ! 

 

Visuels : en tête : The Vagina Museum Team, L-R Florence Schechter, Zoe Williams, Sarah Creed  ©Credit Angus Young 2019
– ©Credit Angus Young 2019
– ©Credit Angus Young 2019
– ©Credit Angus Young 2019
– ©Credit Angus Young 2019

 

Le jour où le noir de Soulages rendit invisibles les ors du Louvre
« Jeune Juliette », un film d’Anne Emond
Chloé Coppalle

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *