Actu
Une pousse du maronnier d’Anne Frank plantée au Capitole à Washington

Une pousse du maronnier d’Anne Frank plantée au Capitole à Washington

06 mai 2014 | PAR Alexander Mora-Mir

Une pousse du marronnier qu’Anne Frank regardait depuis sa cachette à Amsterdam pendant la Seconde Guerre Mondiale a été plantée en l’honneur de la jeune fille déportée à 15 ans, sur une pelouse du Capitole à Washington.

« Que cet arbre se déploie dans toute sa grandeur, serein et plein de vie, planté dans notre capitale », a déclaré Eric Cantor, chef de la majorité républicaine à la Chambre des représentants, lors de la cérémonie prévue en mémoire de la jeune fille juive  morte en déportation en 1945 au camp de Bergen Belsen dans le nord de l’Allemagne.

C’est la sixième pousse issue du marronnier d’Anne Frank a être plantée aux États-Unis, dont deux se trouvent au Mémorial du 11-Septembre à New York et au lycée de Little Rock dans l’Arkansas (Sud). Des lieux choisis avec soin qui ont tous connu « des incidents spécifiques d’intolérance », explique Yvonne Simons au journal La Croix, directrice du centre Anne Frank. Cinq autres seront plantées dans les prochaines années.

D’autres initiatives similaires de plantation ont eu lieu dans plusieurs pays suite à ce fameux arbre, qu’Anne Frank a immortalisé en l’évoquant dans son Journal, tristement célèbre. Il avait été déraciné un jour où le vent soufflait fort en été 2010. De nombreux marrons avaient en effet été prélevés et offerts à de nombreux pays depuis que l’arbre avait été diagnostiqué malade en 2005.

L’un d’entre eux a été planté dans le jardin d’Anne Frank à Paris, inauguré en 2007, proche du Musée d’art et d’histoire du judaïsme dans le troisième arrondissement de Paris. La ville d’Amsterdam en a elle planté quelque 150 dans l’un de ses bois.

Le Journal d’Anne Frank est aujourd’hui l’un des dix ouvrages les plus lus au monde, inscrit en 2009 par l’Unesco comme bien du patrimoine, documentaire mondial « d’intérêt universel » au registre « Mémoire du monde ».

Quoi de plus beau qu’un arbre, la vie, pour honorer la mémoire du courage de cette fille face à l’horreur ?

© Creative Comments Wikipédia

 

A l’Eurovision, la drag-queen Conchita Wurst excite les homophobes
Attention au crocodile! de Lisa Moroni & Eva Eriksson
Alexander Mora-Mir

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture