Actu
Un crâne en marbre signé du Bernin oublié depuis 300 ans a été retrouvé

Un crâne en marbre signé du Bernin oublié depuis 300 ans a été retrouvé

04 juin 2021 | PAR Léna Saint Jalmes

La sculpture a été retrouvée à Dresde en Allemagne. Elle a été réalisée par le maître baroque, Le Bernin, pour le cabinet du pape Alexandre VII.

Depuis vendredi 28 mai, les visiteurs de la Gemäldegalerie Alte Meister à Dresde (Allemagne) peuvent découvrir un chef-d’œuvre oublié du Bernin. Non signée par l’artiste, l’œuvre n’a été réattribuée au Bernin qu’il y a peu de temps par les conservateurs du musée. Ils l’ont authentifié à l’occasion de la préparation de l’exposition « Le Bernin, le pape et la mort » qui se déroule jusqu’au 5 septembre au musée Gemäldegalerie Alte Meister. C’est donc la première fois que le crâne est exposé comme une œuvre du maître baroque.

Memento mori

Ce crâne en marbre blanc de Carrare, grandeur nature, a été commandé par le pape Alexandre VII en 1655, trois jours seulement après son élection. Le crâne faisait partie d’une commande comprend aussi un sarcophage en bronze. Il aurait trôné sur le bureau du pontife pour lui rappeler la vanité et la brièveté de la condition humaine.

A la Renaissance, il était assez courant d’avoir crâne humain parmi les étrangetés de son cabinet de curiosités. Ces objets révélaient l’intérêt des Humanistes pour la science et le corps mais ils étaient aussi des supports de méditation.

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Gemäldegalerie Alte Meister (@gemaeldegalerie.skd)

Réalisme glaçant

L’œuvre paraît si réaliste qu’on pourrait la confondre avec un vrai crâne humain. Elle représente parfaitement l’anatomie avec des sutures crâniennes, les yeux creusés ou encore la fine cloison nasale.

Dès 1656, la peste se propage jusqu’en Italie. Rome n’est pas fortement touchée en 1656-1657 grâce aux mesures sanitaires prises par le pape mais l’épidémie marque profondément. L’exposition allemande revient sur cette épidémie qui fait écho à la pandémie de la Covid-19.

 

Visuel : Laetitia Larralde

Miguel Bonnefoy, lauréat du Prix des libraires 2021
Exposition collective « Les lieux du visible », La Graineterie, Houilles : Entretien avec Maud Cosson
Léna Saint Jalmes

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture