Actu
Suppression de postes au Point

Suppression de postes au Point

12 décembre 2014 | PAR Nina Farge

Après Libération et le Monde; le Point lance à son tour un plan d’économie visant un basculement vers le numérique. A la clé, 28 suppressions de postes: comment cette restructuration se justifie-t-elle?

Le groupe du Point se lance dans une opération sensible: afin de développer son service numérique, une réforme va être menée sur son système économique.

Parmi les 180 employés, 28 devraient ainsi quitter l’entreprise suite aux suppressions de postes. On connaît les tensions générées lors de restructurations analogues chez Libération et le Monde: la direction de Sebdo-le Point a annoncé sa volonté de « valoriser le volontariat et la mobilité interne » afin de se prémunir de semblables éclats.

La refonte du modèle économique s’est imposée comme une nécessité alors que l’entreprise devrait annoncer un budget déficitaire pour la première fois de son histoire. Le directeur de publication M. Gernelle tente de transformer l’essai en voyant grand: « C’est un plan ambitieux, avec une réorganisation de la rédaction autour du numérique, une montée en gamme éditoriale et des ambitions géographiques dans la francophonie, pour devenir le journal de référence francophone, un The Economist francophone », explique-t-il à l’AFP dans des propos relayés par le Monde.

Le programme tâche d' »aller chercher du chiffre d’affaires », par un investissement conséquent dans les nouvelles technologies: les nouveaux formats numériques seront mis à l’honneur, tant gratuits que payants. Cela suffira-t-il à enrayer la machine infernale du déficit des magazines d’information? Alors que l’Obs (anciennement le Nouvel Observateur) avait été racheté par les actionnaires du Monde en mai dernier; le groupe belge Roularta envisagerait de vendre également son pôle de magazines français, parmi lesquels l’Express

Visuels: Capture d’écran du site du « Point » (http://www.lepoint.fr/)

[Les idées cadeaux de la Rédac] Cinéma !
Des cadeaux beauté par milliers
Nina Farge
Étudiante en deuxième année de master "Administration de la musique et des arts du spectacle vivant" à l'université d'Evry, licenciée en "Lettres et Arts"; je me passionne depuis toujours pour la culture, et plus particulièrement pour la danse.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *