Actu
Saint Valentin-sous-couette

Saint Valentin-sous-couette

13 février 2021 | PAR Sabina Rotbart

  Bien sûr aucun couvre-feu ne peut éteindre le bouillonnement de nos esprits mis à mal par les contraintes constantes. Mais il reste possible de pimenter  notre quotidien coincé.

Il y a des villes qui ont fait de l’amour leur mot d’ordre. Cabourg par exemple qui s’est appliquée à tracer un Méridien de l’amour le long de la célèbre promenade Marcel Proust. Le week-end prochain, les panneaux lumineux locaux seront ainsi exclusivement dédiés au discours amoureux.

Vous préférez plus d’intimité dans vos effusions ? Réservez une chambre au Grand Hôtel (www.all.accor.com) qui va rouvrir pour les vacances et lisez à votre aimé des passages d’Albertine. Ou improvisez pour votre aimée une variation autour du Cantique des cantiques. On a rarement fait mieux en matière de texte amoureux, c’est carrément incandescent. Et cela nous changera des applications censées nous guérir de la consultation frénétique de sites porno (cela s’appelle un parcours thérapeutique digital…et oui, oui, cela existe en vrai!). Cela nous consolera aussi des tristes jeux de société supposés  égayer des soirées qui n’ont de coquin que le concept. Lisez surtout « Point de lendemain » de Vivant Denon, l’inventeur du Louvre, une tension torride. A moins de regarder Liza, un vieux film de Marco Ferreri où Deneuve fait semblant de s’adonner à un jeu masochiste, prenant la place du chien adoré de son amoureux  incarné par Mastroianni. Un faire semblant qui laisse la place au désir.

Offrir des projets mais pas que …

Soyons sérieux pour un instant. Faire des projets permet de tenir. Offrez un bon pour un futur week-end au Pays basque. A Saint Jean-de-Luz, à l’hôtel Thalazur (www.thalazur.fr) dans un superbe bâtiment art déco conçu par Mallet Stevens (Thalasso fermée mais l’hôtel est ouvert et l’excellent chef prépare les repas servis en room service!) ou à Bidart à l’auberge Koskenia (www.koskenia.com réouverture dès que les limitations seront levées). Installée dans la grande poste du village toute remodelée, cet adorable endroit, auberge de jeunesse de luxe pour tous les âges est située tout près du sentier littoral qui mène presque jusqu’en Espagne. On y propose des chambres toutes neuves décorées par les designers et les artisans d’art locaux  embaument une délicieuse odeur de pins maritimes. Au rez-de-chaussée, les producteurs d’alentour vendent  légumes, plats cuisinés, vins et gâteaux. La salle de restaurant voisine est durant la journée un lieu de convivialité dédié au co-working ou aux réunions d’associations, quand il n’y a pas de confinement bien sûr.

Ou bien ralliez l’hôtel Mercure de Granville (ouvert, on s’y nourrit d’une soupe de poisson et d’huitres le soir) et les restaurants comme la Citadelle préparent des assiettes de homard à emporter. Au marché du samedi matin, on se pourlèche d’une galette-saucisse. Quant au petit déjeuner il s’emporte  chez Picorette, la bonne adresse locale aux scones  irrésistibles. http://www.tourisme-granville-terre-mer

La montagne elle-même peut être une option  sympathique  car moins saturée, plus contemplative mais aussi.. plus sportive ! Ski nordique, trail, ski de randonnée, chiens de traineaux ou raquette restent accessibles. Bien sûr le Novotel juste ouvert à Megève risque d’être au dessus de nos moyens (300 euros la double, petit déjeuner inclus) mais pourquoi ne pas se tourner vers les clubs de vacances du tourisme social. Une idée vieillotte pour une réalité qui ne l’est pas car ces lieux sont davantage tournés vers les ressources locales et les activités cool. Souvent les sites sont sublimes. Un exemple ? Sweet Home à Cabourg, ancienne villa de Louis Renault saisie après guerre, située juste sur le rivage, des hébergements simples mais un lieu sublime www.capfrance-vacances.com Il est temps aussi de découvrir des stations-villages vivantes comme Sainte – Foy – Tarentaise, station de 4ème génération  qui compte des hameaux préservés à l’architecture centenaire. On est loin ici de l’architecture cabine des années soixante-dix. Fréquentée jusque là uniquement par des skieurs professionnels, chalets et chambres d’hôtes foncièrement cosy se sont multipliés pour répondre à la demande croissante d’un grand public attiré par un très beau massif forestier.

Située à 20 minutes de Bourg Saint Maurice, cette station est l’endroit lieu idéal pour le trail version montagnarde du jogging qui se pratique crampons aux pieds, comme  un chamois ravi d’attaquer la pente d’un pas toujours différent. Face à l’écrin somptueux des cimes, près du mal nommé Mont pourri, l’amateur éclairé et entrainé peut s’adonner aussi au hors-piste, accompagné bien sûr et avec tout le matériel de sécurité. A moins de préférer le ski de randonnée. Equipé de peaux de phoque pour la montée, on fait fi alors de l’arrêt des remontées mécaniques. L’unique piste bleue damée permet aux débutants de redescendre sans terreur.

Mais personne n’est tenu d’être un sportif aguerri! On peut préférer une magnifique rando apéro-raquette (en toute intimité, trois personnes minimum), une rando – goûter ou  découvrir la marche afghane. Celle-ci se pratique en raquettes en synchronisant pas et respiration, cela décuple les capacités physiques et diminue la fatigue. (Evolution 2, Olivia Bories .T : 06.13.76.23.41).

Et ceux qui détestent totalement le sport pourront découvrir les hameaux classés du Monal et du Miroir où les chalets du XVIIème et XVIIIème siècle construits en cascade s’agrippent au flanc de la montagne, blottis comme s’ils voulaient lutter contre les éléments. Très originaux, ils s’ornent de splendides colonnes de pierre. Les amoureux de nature pourront découvrir les sites naturels classés comme le Vallon du Clou, haut-lieu du Parc naturel de la Vanoise et réserve ornithologique. Pour loger : www.saintefoy.net.

Offrir des ateliers, des produits artisanaux…

Ils se réalisent à la maison ou en one by one comme disent les gens qui parlent le N+1 couramment. Chez www.wecandoo.fr on peut offrir un cadeau un peu intéressé, par exemple un atelier où votre fiancé apprendra à faire de la pâtisserie gastronomique, un couteau de poche ou …des raviolis chinois (mumm!) Une façon délicate de l’inciter à mettre la main à la pâte ! Et l’offre est riche de 232 propositions. 

Certains restaurateurs ont des initiatives originales. Bien sûr, on peut rêver aller à la Bouitte, merveilleux  Relais et Châteaux et 3 * Michelin à Saint Martin de Belleville. Dans ce merveilleux chalet où père et fils sont au piano,  le repas surprise en sept services est servi en chambre par deux maîtres d’hôtel. www.la-bouitte.com. Il est bon d’avoir des rêves pour plus tard.

Mais si vous restez à Paris, Lyon ou Rennes, une myriade de chefs propose le clic & collect. Nous avons un faible pour le Mam de Stéphanie Le Quellec et notamment pour son dessert, Cœur de mam, gâteau au sureau, au gin japonais et aux baies (www.mamparis.com). Mais aussi pour le Cœur à la crème de Sébastien Gaudard, tout craquant (www.sebastiengaudard.com)! Voilà qui change des gâteaux presque sanglants   que l’on croise ici ou là ! Trop gore! On aime aussi beaucoup l’accord musique et saveurs proposé par Qobuz, Une playlist et des vidéos de chefs terriblement sympathiques comme Mory Sako. Sur open.qobuz.com

 

Enfin…le cadeau.

Nous l’avons trouvé sur www.lacorbeille.fr qui distribue une foultitude d’objets design sortant de l’ordinaire comme les très beaux verres Animal farm d’Ichendorf Milano. En borosilicate, ils permettent de boire chaud  et sont un  irrésistible clin d’oeil (14 euros). Pour mon aimé j’ai choisi le petit écureuil, n’y voyez pas de sous-entendus! Mais mon amie Olivia a commandé elle des charentaises de télétravail chics pour son amoureux (www.rondinaud.shop). Un modèle modeste mais d’un rouge vif joyeux, pas celui brodé d’or avec les initiales  de l’heureux élu (e) de chez le Bégonia d’or, entreprise du patrimoine vivant située à Rochefort (www.broderieor.com). Cela, ce sera quand son documentaire aura gagné un prix !

Visuel :CC BY-NC-ND 2.0

La Berlinale 2021 annonce sa sélection
Vingt nuances de diable au Casino Luxembourg
Sabina Rotbart
journaliste en tourisme culturel, gastronomie et oenotourisme. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture