Actu
Rencontre : Sonarium un projet audiophile passionnant

Rencontre : Sonarium un projet audiophile passionnant

29 mars 2019 | PAR Luca Juilliard

 

 

Nous sommes tous en quête de nouvelles expériences culturelles, de concepts insolites, de découvertes sensorielles. Les tentatives de création de projets sont légions, certaines éphémères, d’autres plus viables, mais toujours intéressantes. Après m’être rendus à l’écoute du nouvel album de GUTS : “Philanthropiques”, je suis allé à la rencontre de Sophie et Mélanie, deux jeunes parisiennes pleines d’idées. Elles nous présentent leur concept d’écoute immersive d’album pour audiophiles en tout genre.

Bonjour les filles, pouvez vous nous présenter votre projet ?

Bonjour, pour commencer, nous sommes toutes deux des amatrices de musique depuis longtemps. Nous organisons depuis maintenant deux ans des écoutes d’albums complets dans des lieux insolites. Nos événements peuvent être séparés en deux types d’organisations. D’une part les écoute “release”, c’est-à-dire en présence de l’artiste, quelque temps avant la sortie de l’album. Et d’autre part les écoutes d’albums mythiques en présence de journalistes spécialisés. Les artistes et spécialistes apportent des informations et des anecdotes inédites sur la confection des albums et permettent ainsi de les découvrir sous un angle inédit.

L’idée est de proposer une expérience différente d’écoute d’album et rendre hommage à l’énorme travail des artistes. Ils passent parfois plusieurs mois à travailler les albums pour qu’ils soient finalement compressés en mp3 et écoutés dans le métro avec un son de basse qualité. La singularité de l’expérience est aussi très importante dans notre démarche. Nous cherchons à créer un réel moment de partage entre les personnes présentes. Tout est mis à disposition pour créer des émotions. Le son que nous proposons est de qualité professionnel grâce à notre partenariat avec Sonvidéo.com qui nous propose des enceintes prestigieuses telles que Focal, Bowers & Wilkins ou Elipson. Les lieux aussi sont choisis en fonction de l’album, il est important pour nous que tout soit cohérent dans notre organisation.

Pouvez vous nous parlez de quelques écoutes marquantes que vous avez organisés ?

Il y en a beaucoup.. nous pouvons citer l’écoute de Matahari, dernier album de l’Impératrice en présence du groupe sous le dôme lumineux de l’Eléphant paname, magnifique lieu culturel (voir photo). Le groupe s’est assis au milieu du public et l’énergie perçus par toutes les personnes présentes était impressionnante. Il y a aussi une suite d’écoute d’album Rocks en compagnie du journaliste et maître de conférence Julien Bitoun : “Led Zeppelin, Radiohead, Bob Dylan..” C’était vraiment intéressant de l’entendre nous raconter ces albums, de les redécouvrir sous un angle différent et avec un beau son. Je pourrais continuer comme ça longtemps.. c’est vraiment difficile pour nous de n’en retenir que quelques-uns, chaque fois l’expérience est différente. Ah oui, il y a aussi eu l’écoute au casque de l’album -22,7° de Molécule au lever du soleil, début février autour de la fontaine du Jardin des Tuileries! (vidéo ci-dessous)

Vos propositions d’album sont très éclectiques. Comment se passent les choix de direction artistique ?

Cela peut être très différent selon le contexte. Pour les écoutes d’album “anciens” nous prenons les décisions à deux. Il s’avère que beaucoup de jeunes d’aujourd’hui, dont nous faisons partie, ont des goûts musicaux éclectiques. Parfois, nous voyons certaines personnes venir pour une écoute de NWA et revenir pour Radiohead et apprécier autant les deux groupes. Nous sommes aussi contactés par des labels pour organiser des écoutes de leurs artistes. Nous faisons le tri entre ces demandes. L’idée est surtout d’adapter la programmation musicale avec le lieu, l’intervenant, la période. Beaucoup de variables peuvent être prise en compte. Toujours dans un souci de rendre la meilleure expérience au public. Par exemple, nous avions fait une écoute dans l’exposition Light Matters de la fondation EDF, l’endroit se prêtait parfaitement à la contemplation, c’est pourquoi nous avions choisi un album Zimmer. La musique électronique presque ambient se liait vraiment avec l’expérience en déambulation dans l’expo. 

En allant à l’écoute de Guts, deux choses m’ont interpellé, en entendant la musique je me suis dit, pourquoi pas un concert? Pourquoi se déplacer pour écouter un album?

(rire) Bonne question, le public a souvent la même réaction aux premiers abords, les gens sont un peu décontenancés quand ils arrivent dans nos sessions. Le postulat est simple : tout le monde n’a pas la chance d’avoir chez soi des enceintes de qualité professionnelle. Comme nous l’avons dit précédemment, les artistes passent parfois plusieurs mois en studio à peaufiner chaque piste des morceaux. Ecouter les albums avec une telle qualité, c’est d’abord rendre hommage à ce travail. Les artistes sont souvent les premiers heureux quand nous leur proposons de faire vivre leur travail! D’autre part tu parlais du déplacement, c’est aussi le fait de se réunir dans des lieux choisis qui apporte quelque chose à l’écoute. La notion de partage est très importante dans notre démarche, nous aimons voir les gens se réunir pour profiter ensemble de la musique.

En parlant du public, quels sont les retours que vous avez ?

En amont, les gens sont parfois un peu sceptiques, ils ne comprennent pas bien l’enjeu, et c’est bien normal. Comme toute chose nouvelle cela peut poser des questionnements. C’est notre travail de faire preuve de pédagogie et d’expliquer aux gens notre démarche. A côté de ça, nous avons une solide base de notre public composé d’audiophiles chevronnés, ils viennent pour la qualité du son, connaissent bien les enceintes que nous utilisons et sont très pointilleux. Cette partie du public revient souvent à nos événements. Certains sont même devenus bénévoles et nous aident dans les installations. Nous leurs en somme d’ailleurs très reconnaissantes.

Tu nous disais aussi tout à l’heure que tu avais pris des notes sur les musiciens cités par Guts lors de son interview pré-écoute. C’est un retour que nous avons souvent de la part du public, les gens sont friands d’histoires autour des albums et nous demandent souvent d’enregistrer ou de prendre en vidéos les interviews des artistes et journaliste. Pour cela, nous avons décidé d’enregistrer une série de podcast tirés de nos écoutes pour les mettre à disposition de tous. La première série sera composé de 6 sessions de 20 minutes enregistrées par Julien Bitoun sur des albums mythiques de la culture rock. Ils seront bientôt disponibles sur toutes les plateformes habituelles.

Pour finir, parlez-nous un peu du futur, avez-vous des projets en cours de réalisation ?

Oui, nous sommes sur plusieurs fronts! Tout d’abords nous essayons de développer une offre “carte blanche” pour les entreprises et le privé, nous souhaitons mettre à disposition notre expérience dans l’organisation d’événement pour tous types d’actions. Que ce soit pour des sessions “team building” ou même pour des occasions particulières. Cela nous permettra de pouvoir grandir et proposer des projets toujours plus ambitieux.

Dans l’actualité plus directe nous organisons, dans le cadre de l’exposition sur la lune du Grand Palais, une écoute inédite de l’album “The Dark Side of the Moon” des Pink Floyd. Cet événement promet d’être unique, dans un cadre exceptionnel. Nous vous invitons tous à aller regarder l’événement facebook et vous pourrez très bientôt réserver vos places.

Notre rêve ultime serait d’avoir notre propre lieu pour pouvoir s’amuser avec des scénographies particulières pour chaque album, mais cela va prendre du temps.

Merci beaucoup les filles d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions. On se retrouve le 12 mai au grand palais pour l’écoute des Pink Floyd!

 

Sonarium : Sophie Chrétien-Kimmel et Mélanie Arrès

https://www.sonarium.fr/

https://www.facebook.com/SonariumMusic/

Visuel : 

© Joséphine de Rohan-Chabot

© Clara Belleville

Luca Juilliard 

Décès d’Agnès Varda : triste jour pour la culture
L’agenda du Week-end du 29 mars
Luca Juilliard

One thought on “Rencontre : Sonarium un projet audiophile passionnant”

Commentaire(s)

  • Zvenigorodsky Odile

    Quel beau montage texte – son – image ! Bravo.

    mars 29, 2019 at 21 h 58 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *