Politique culturelle
WWoW nous ne sommes pas des armes de guerre !

WWoW nous ne sommes pas des armes de guerre !

18 juin 2014 | PAR Bérénice Clerc

 

Les viols avec extrême violence font partie des stratégies guerrières de destruction, We are not Weapons of War lance une campagne de soutien aux victimes de viols avec extrême violence à supporter d’urgence !

pic_don

L’utilisation du viol comme arme de guerre est utilisée depuis toujours, le silence comme certitude durable, les femmes et les hommes victimes osent trop rarement parler de cette cicatrice invisible parfois. Nous vous parlions des femmes syriennes victimes lors du concert de soutien de FFMED le 15 mai.

Le mot viol est un euphémisme, les langues humaines et animales ne peuvent trouver les mots, les sons pour de telles horreurs,  il faut pourtant les nommer, viol avec extrême violence semble acceptable.

Un viol est horrible, utiliser le corps d’une femme, d’un enfant ou d’un homme pour libérer une pulsion violente, sexuelle et destructrice est inacceptable.

En temps de guerre, le corps devient une arme, le viol une stratégie de destruction massive, viol collectif, destruction du vagin, du périnée avec divers objets, coup de feu dans le sexe, dans l’anus des femmes pour exploser leur organe reproducteur et la possibilité de vivre en paix un jour. Certains chirurgiens comme Denis Mukwege et Guy-Bernard Cadière osent aider ces femmes aux corps mutilés, réparer les déchirures, rendre ses fonctionnalités au corps.

Parler, mettre des mots sur l’horreur, une résilience possible, soigner l’esprit pour se réapproprier son corps et croire en la vie doit être une priorité comme le jugement et les condamnations des coupables.

 Bosnie, Rwanda, Libye, République du Congo, Syrie, les hommes, les enfants et les femmes victimes doivent oser parler. Comment faire pour les aider ?

tee-shirt

Céline Bardet, juriste spécialisée dans les crimes de guerre, les questions de justice, de sécurité principalement dans les zones de post-conflits et Nathalie Wormser, développeur web, passionnée par les technologies émergentes et le monde du jeu vidéo décident de passer à l’action et créent We are not Weapons of War une campagne de soutien aux victimes très simple à aider.

Comment faire quand on est citoyen pour soutenir WWoW ? Cela est très simple, il faut d’abord en parler, accepter la réalité des violences et commencer à créer une pression publique sur les institutions internationales, les gouvernements afin de les obliger à agir concrètement et prendre les mesures techniques et juridiques nécessaires.

Prenez part à la campagne de WWoW, donnez de l’argent, des idées, achetez des tee-shirts, des mugs et porter ainsi le message en place publique.

 

La recette de Claude : Croûtes aux pommes
Les sorties cinéma de la semaine du 17 juin
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *