Politique culturelle
Découverte d’une représentation des jumeaux de Cléopâtre

Découverte d’une représentation des jumeaux de Cléopâtre

27 avril 2012 | PAR Sarah Barry

En 1918 est découverte près du temple d’Hathor à Dendara, une sculpture à l’iconographie mystérieuse qui depuis repose au musée du Caire. Après plusieurs années d’observation, l’égyptologue Giuseppina Capriotti a révélé que les jumeaux de la reine légendaire Cléopâtre étaient incarnés dans la pierre.

Cléopâtre VII Philopator (69-30 avant JC), ultime souverain de la dynastie des Ptolémées, dernière reine d’Egypte avant l’annexion finale de la région par les Romains, est notamment connue pour ses liaisons avec Jules César, maître de Rome, puis avec le général Marc-Antoine. Elle se fait aimer de ce dernier lors d’une convocation à Tarse en 41 avant JC, obtient de lui l’élimination de sa soeur et rivale Arsinoé IV, et lui offre une existence hors du commun à Alexandrie, la « Vie Inimitable », celle de deux divinités sur terre noyées dans les fastes de leur cour. De leurs amours naissent en 40 avant JC des jumeaux, Alexandre et Cléopâtre, qui à l’instar de leurs parents gagneront le label divin par le biais de nouveaux noms, Hélios (le Soleil) et Séléné (la Lune).

La sculpture en grès représente deux enfants de taille identique, encadrés par des serpents. Ils sont nus, ce qui permet de nettement différencier leur sexe. Les attributs présents au-dessus de leurs têtes favorisent par ailleurs leur identification : un disque solaire pour Alexandre Hélios ; un croissant de lune pour Cléopâtre Séléné. Tous deux sont ornés de l’oeil Oudjat, symbole sacré récurrent dans l’art égyptien et porteur d’une magie protectrice. Enfin, les deux figures portent une coiffure caractéristique pour des enfants de la période ptolémaïque. Bien que les visages soient médiocrement conservés, il s’agit là de la seule représentation connue des jumeaux, ce qui confère à cet objet un caractère inédit.

Après le suicide d’Antoine et de Cléopâtre, les deux orphelins seront recueillis par Octavie, ancienne épouse du défunt général mais surtout soeur de son mortel ennemi, Octavien, le futur empereur romain Auguste. En 20 avant JC, Cléopâtre Séléné sera offerte en mariage à Juba II, souverain du royaume de Maurétanie constitué par Auguste au profit de celui-ci. Quant à Alexandre Hélios, on ignore ce qu’il advint de lui.

 

Visuel : (c) Giuseppina Capriotti

Après les sushis…les gyozas
Le prix du Salon du livre de Genève va à Lyonel Trouillot
Sarah Barry

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *