Politique culturelle
Un prix nobel de l’UCL démissionne après des propos sexistes

Un prix nobel de l’UCL démissionne après des propos sexistes

16 juin 2015 | PAR Milena Landre

On peut être prix Nobel et se retrouver projeté sous le feu des critiques pour avoir tenu des propos sexistes. C’est ce que montre le cas de Timothy Hunt, biochimiste anglais, prix Nobel de médecine et professeur à l’UCL (University College London) jusqu’à mercredi dernier. 

La nouvelle a secoué la communauté scientifique internationale. Le scientifique britannique Timothy Hunt était invité le mardi 9 juin à la Conférence mondiale des journalistes scientifiques qui se tenait à Séoul. C’est lors de cette conférence prestigieuse que le scientifique a lancé : « Laissez-moi vous parler de mon problème avec les filles. Trois choses se produisent quand elles sont dans un laboratoire. Vous tombez amoureux d’elles, elles tombent amoureuses de vous, et quand vous les critiquez, elles pleurent ». Ces déclarations sexistes ont immédiatement suscité consternation et révolte au sein de la communauté scientifique et dans les médias.

Suite à cette polémique, Timothy Hunt a tenté de justifier ses propos auprès de la radio britannique BBC 4 : « Je voulais juste être honnête. Il est vrai que je suis tombé amoureux de certaines personnes en labo et que des personnes sont tombées amoureuses de moi. C’est très perturbant pour la science ». Le prix Nobel suggérerait donc d’abroger la mixité dans les laboratoires. Une idée de laquelle se distancie la Royal Society dont Timothy Hunt est membre, institution britannique équivalente à l’Académie des sciences en France, qui a fortement dénoncé ses propos de mercredi en publiant un communiqué. Timothy Hunt a finalement démissionné de son poste de professeur à la faculté des sciences d’UCL.

Le combat contre le sexisme dans le monde de la recherche n’a pourtant pas encore remporté la victoire. C’est ce qu’on entreprit de mettre en lumière des femmes scientifiques suite à ce tollé. Les réseaux sociaux ont été le terrain de publications qui revendiquent une égalité des sexes. Certaines femmes ont notamment posté des photos d’elles en train d’embrasser une centrifugeuse ou encore le crâne d’un dinosaure commentant ironiquement « Je suis tombée amoureuse d’une centrifugeuse… Typique d’une femme en laboratoire » et « J’aimerais pouvoir me concentrer en laboratoire, mais je suis tombée amoureuse d’un Europasaurus Holgeri ». Ces publications au ton humoristique ont été accompagnées du hashtag #distractinglysexy. Une réponse sarcastique à l’opression masculine typique du monde de la recherche scientifique et de beaucoup d’autres secteurs. Nul doute que Marie Curie, seule femme à avoir reçu deux prix nobels, se retourne dans sa tombe.

Visuel : CC

Les lauréats SACD : le palmarès 2015
Si la quête d’idéal était contée, « La princesse au Petit pois » habite la Comédie Française
Milena Landre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *