Politique culturelle
Studio D, la plateforme qui met en relation les danseurs et les studios

Studio D, la plateforme qui met en relation les danseurs et les studios

19 juin 2020 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Pour les danseurs professionnels, savoir où répéter, où créer est un enfer. Les lieux sont rares et les informations non centralisées. Pour pallier ce manque, le CDCN Atelier de Paris a initié une très belle idée : un outil de mise en relation, et c’est gratuit.

Le territoire au service de la danse

Au delà de l’aspect pratique de cette plateforme, Studio D offre un maillage territorial inédit sur les studios de danse.  Des CDN, des  CDCN et d’autres lieux se retrouvent ici ensemble.  Cela représente une trentaine de studios, chacun avec des caractéristiques d’espaces et d’équipements propres.

StudioD’ est donc « une plateforme numérique de mise en relation simple et rapide, entre des compagnies chorégraphiques professionnelles ayant besoin d’espaces pour leur travail de création, de recherche ou de répétition, et des lieux contributeurs (lieux artistiques et culturels, conservatoires, centres d’animations, salles de danse…) ayant des disponibilités de studios de danse. »

 Un outil post covid

Les artistes, les chorégraphes, les compagnies s’inscrivent simplement, et gratuitement. Et en fonction de la date, du lieu et de l’heure se voient proposer un lieu. 

Cette idée qui a pris vie juste après le dé confinement, alors que les représentations ont très peu repris, offre un souffle de vie évident. 

Anne Sauvage, la directrice de l’Atelier de Paris l’explique : « Si StudioD’ est un outil de reprise d’activité, il a vocation à être pérennisé pour favoriser durablement les circuits courts en complément des résidences de plus longue durée. Au-delà de la mise à disposition d’espaces, StudioD’ souhaite créer la rencontre et encourager les partenariats. « 

Donc, si vous êtes une compagnie, pour réserver, c’est ici !

Visuel : capture d’écran du site Studio D

Klaus Mäkelä nommé à la direction musicale de l’Orchestre de Paris
Yaël B Vintage : « Ce qui m’intéresse c’est la beauté de la pièce »
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *