Politique culturelle
Stéphane Hessel traqué par Gilles William Goldnadel

Stéphane Hessel traqué par Gilles William Goldnadel

07 février 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La chasse est lancée contre le tumultueux Indignez vous , best seller de l’ancien résistant Stephane Hessel aujourd’hui âgé de 94 ans. Les pages critiquant la politique israélienne envers les territoires palestiniens en osant le terme de « crime contre l’humanité » ont lourdement heurté la communauté juive. Aujourd’hui, l’avocat aux écrits très controversés, notamment sur « La question blanche », Gilles William Goldnadel s’attaque frontalement à l’auteur.

Le vieil homme m’indigne est le titre de ce pamphlet de 64 pages. L »avocat reproche à Hessel plusieurs impostures, notamment « l’aura de M. Hessel » qui selon lui, usurpe son « statut de de co-rédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme ».  L’auteur répond à l’AFP en argumentant : « C’est une polémique qui n’a pas beaucoup de sens, j’ai dit à plusieurs reprises que j’avais été étroitement associé au travail de rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme, c’est tout ».

Gilles-William Goldnadel a comme fil la défense d’Israël à tout prix, » Il approuve la « Ligue internationale contre la désinformation », qui proteste contre les médias et les journalistes accusés de critiquer l’État d’Israël, comme le journaliste de France 2 Charles Enderlin, à qui « le collectif contre la désinformation » auquel appartient la Ligue, a décerné un symbolique « prix de la désinformation » pour son rôle controversé dans l’affaire Mohammed al-Durah et dans la couverture de la seconde Intifada« .

Son ouvrage, Réflexion sur la question blanche, brulot réhabilitant la notion de race visant à différencier les êtres humains en avançant  « la détestation que subirait l’homme blanc occidental jusque dans la manifestation de son identité sociale ou nationale. » permet l’application du « œil pour œil, dent pour dent » . C’est ainsi qu’il répond à l’ancien resistant et déporté politique qui a changé d’attidude envers Israel en 1967.  Pro-israélien, il considérait que la création d’un état juif était important, après la Shoah.  Mais la guerre des Six jours  (1967) provoque en lui un changement : Stéphane Hessel y voit un problème pour la paix et se bat dès à présent pour la cause arabe. Aujourd’hui, l’écrivain de «Indignez-vous» (près de trois millions d’exemplaires vendus), dénonce fermement la politique israélienne. Pour lui, Israël est un grand pays au point de vu technologique et industriel mais ne respecte pas les décisions des Nations Unies. Il déplore le fait que les gouvernements israéliens ne veulent pas de la paix, s’emprisonnent dans la peur et prônent la sécurité du pays vis à vis du monde arabe. Ce conflit se présente comme sa principale indignation. En 2009, alors qu’Israël lance une offensive sur la bande de Gaza, il déclare «En réalité, le mot qui s’applique – qui devrait s’appliquer – est celui de crime de guerre et même de crime contre l’humanité. Mais il faut prononcer ce mot avec précaution, surtout lorsqu’on est à Genève, le lieu où siège un haut commissaire pour les droits de l’homme, qui peut avoir là-dessus une opinion importante. Pour ma part, ayant été à Gaza, ayant vu les camps de réfugiés avec des milliers d’enfants, la façon dont ils sont bombardés m’apparaît comme un véritable crime contre l’humanité».

Vendredi,  le film de  Tony Gatlif « Indignados » ouvrira une des sections du Festival de Berlin. Mercredi soir, les pages de Gilles William Goldnadel seront gracieusement offertes aux participants du dîner annuel du CRIF.

« Indignez-vous ! », sorti à l’automne 2010, a figuré en tête des meilleures ventes en France l’an dernier. Le livre de 32 pages a été vendu à plus de 3 millions d’exemplaires dans le monde et traduit en 30 langues.

 

 

Lana Del Rey entre icône et haine
Needing/Getting: Le nouveau clip tout de terre vêtu des Ok Go
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture