Actu
La Ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, annonce un plan de reprise pour les festivals

La Ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, annonce un plan de reprise pour les festivals

03 août 2020 | PAR Loïs Rekiba

La nouvelle ministre de la Culture Roselyne Bachelot vient d’annoncer les premières perspectives de son plan pour la reprise des festivals, à la suite de l’annulation de deux évènements phares en France, le Festival d’Avignon et les Rencontres de la photographie à Arles, deux villes durement touchées par l’annulation de leur célèbre manifestation artistique.

Le festival d’Avignon étant annulé, Roselyne Bachelot a donc décidé de se rendre jusqu’à Avignon, le 23 juillet, afin de rencontrer Olivier Py, le directeur du festival. Elle a profité de l’occasion pour évoquer son plan de relance des festivals, en donnant son approbation à l’ouverture des « états généraux des festivals ».

L’écologie : l’argument sine qua non pour une reprise et une nouvelles politique des festivals en adéquation avec les piliers du développement durable et la coopération territoriale

C’est dans le média La Provence que Roselyne Bachelot a énoncé une nécessité capitale pour la reprise ainsi que pour l’ouverture de nouveaux festivals à venir : « Il faut se projeter dans un modèle viable de festival. Car il y a eu, bien sûr, un effet crise, mais la crise a eu aussi pour conséquence de révéler un certain nombre de difficultés structurelles des festivals ». Plus précisément, cette dernière a évoqué un « modèle de festival qui respecte le développement durable ».

En lien avec la préoccupation écologique, la ministre a également dessiné des solutions sur le long-terme. On retiendra notamment la nécessité, selon elle, d’ une « meilleure coopération des territoires ». Cette coopération viendrait interroger la façon dont les festivals en tant qu’institutions peuvent peser localement, sur les territoires qui les abritent, « comment les grandes institutions festivalières peuvent irriguer davantage les territoires ». Derrière ces paroles, il y a l’idée d’une décentralisation de l’institution du festival qui est, selon elle, beaucoup trop centralisée au sein de la capitale. Coopération et durabilité restent les mots d’ordre à retenir pour des manifestations festivalières plus ancrées dans le local et dans le développement durable. 

 

Crédit photo : le festival d’Avignon 

« Jeannot », le jardinier au cœur brisé
Le journaliste et écrivain, Gilles Lapouge, est décédé
Loïs Rekiba

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *