Politique culturelle
Raymond Aubrac rejoint l’armée des ombres

Raymond Aubrac rejoint l’armée des ombres

11 avril 2012 | PAR Yaël Hirsch

Raymond Aubrac est mort cette nuit, mardi 10 avril 2012, à l’hôpital du Val-de Grâce, à l’âge de 97 ans. Cadre du mouvement Libération-Sud, avec sa femme, Lucie, morte en 2007, Raymond Aubrac était l’une des dernières personnalités à avoir connu Jean Moulin, avec qui il avait été fait prisonnier à Caluire en juin 1943.

Né Raymond Samuel en 1914 à Vesoul, Raymond Aubrac entre aux Ponts et Chaussées et fréquente certains cercles marxistes. Il épouse Lucie Bertrand en décembre 1939. Officier du Génie sur la Ligne Maginot, il est fait prisonnier et s’évade. Il s’installe à Lyon avec sa famille et rejoint dès octobre 1940 la « dernière colonne » d’Emmanuel d’Astier de la Vigerie. Figure pionnière, avec sa femme, du mouvement (et du journal) Libération dans la zone Sud, Raymond Aubrac seconde le général Delestraint et participe à l’unification de la résistance intérieure à partir de 1942. Arrêté une première fois en mars 1943, il parvient à s’échapper grâce à sa femme (épisode que Lucie Aubrac raconte avec émotion dans son témoignage de résistance, « Ils partiront dans l’ivresse », Points Seuil). A nouveau cerné à Caluire, le 21 juin 1943, aux côtés de Jean Moulin et de plusieurs grandes figures de la Résistance, il parvient à nouveau à s’échapper de la prison de Montluc en octobre. Il parvient à regagner Londres avec sa femme en 1944, mais son frère et ses parents ont été arrêtés comme juifs, déportés et assassinés à Auschwitz.

Commissaire de la République à Marseille après la libération, compagnon de route du PCF après la guerre, il fonde avec trois camarades le Bureau d’études et de recherches pour l’industrie moderne (BERIM) qui lui permet d’intervenir dans le développement d »industries en Europe de l’Est. Plusieurs fois sollicité pour ses compétences techniques et diplomatiques, Raymond Aubrac a aussi été un témoin clé dans le procès de celui qui est accusé d’avoir dénoncé Jean Moulin dans les années 1980, René Hardy. Engagé de toujours, dernièrement pour la paix en Proche-Orient ou pour la laïcité (dans un meeting de Delanoe en 2008), figure inséparable de celle de sa femme, Lucie, Raymond Aubrac était un Grand homme.

Festival Prémices – Théâtre du Nord et La rose des vents
Les Maîtres du désordre possèdent le Quai Branly
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture