Politique culturelle

Rachida Dati veut démanteler le Mur de la Paix

Rachida Dati veut démanteler le Mur de la Paix

03 mars 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La tour Eiffel et le Mur de la Paix ont deux choses en commun, ces monuments se trouvent sur le Champs de Mars et tous deux ont été posés là pour une durée déterminée. Si l’avenir de la dame de fer construite à l’occasion de l’exposition universelle de 1889 n’est pas en remis en question, celui du mur de la Paix construit en 2000 pour une durée de trois mois reçoit les foudres de la maire du VIIe arrondissement, Rachida Dati.

L’élue UMP veut obtenir le démantèlement de l’œuvre de l’artiste Clara Halter et de l’architecte Jean-Michel Wilmotte.  Le Parisien rappelle que « Les opposants à cette structure de fer et de verre lui reprochent notamment de mal vieillir et de perturber la vue entre le Trocadéro, la tour Eiffel et l’Ecole militaire. Pire, elle est jugée « illégale » par la mairie du VIIe. » L’installation ne devait rester là que pour une durée de quatre mois et ce mur est érigé sur le jardin depuis 11 ans. Frédéric Mitterrand a donné raison à Rachida Dati , arguant que « l’auteur de ce Mur est vivant et de ce fait n’est pas classé aux Monuments historiques. Ce Mur est en effet à proximité de sites classés comme la Tour Eiffel ou l’Ecole Militaire et aucune exception ne saurait être faite pour une installation permanente d’un monument sur une zone historique. »

Le Mur pour la Paix est librement inspiré du Mur des Lamentations de Jérusalem. Les visiteurs peuvent déposer sur place leurs messages de paix dans les interstices du Mur prévus à cet effet.. Il a été inauguré le 30 mars 2000 par le Président de la République Française.

Depuis 2005, le mur a subi des attaques racistes et antisémites, la dernière remonte au 12 février, trois des douze panneaux de verre sur lesquels est inscrit le mot « paix » en 32 langues, dont l’arabe et l’hébreu, ont été entièrement brisés.

La mairie n’a pas condamné ces actes mais argumente en opposant la Loi à l’Art.

 

Gagnez le nouveau roman de Tatiana de Rosnay, Rose (Eho)
Vente à Drouot-Montaigne de 120 oeuvres représentatives de l’Art en France
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. amelie@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *