Politique culturelle
Pierre Caussin : « Le Festival Trajectoires, à travers ces récits de vie, nous invite à nous ré-approprier nos enjeux collectifs »

Pierre Caussin : « Le Festival Trajectoires, à travers ces récits de vie, nous invite à nous ré-approprier nos enjeux collectifs »

08 janvier 2022 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le Festival Trajectoires se tient jusqu’au 5 février dans plusieurs lieux autour de Nice. Pierre Caussin directeur du Forum Jacques Prévert à Carros, point de départ de ce festival pluridisciplinaire, nous parle de cette édition centrée sur les récits de vie.

 

Alors comment s’est passée l’ouverture de Trajectoires ?

Le Festival Trajectoires démarre avec beaucoup d’envie et d’impatience : l’équipe du Forum est sur le pont, ainsi que celles des théâtres partenaires, les artistes sont prêts, il y a une belle visibilité médiatique au niveau régional et au niveau national. Cependant, le contexte sanitaire et son lot de conséquences ne facilitent pas l’organisation mais nous sommes plus que jamais déterminés ! En avant Guingamp ! L’année passée, nous avions dû, avec énormément de regrets et de frustrations, tout annuler, Cette édition 2022 se déroule évidemment dans des conditions compliquées, mais Trajectoires existe, les artistes rencontrent les publics dans les 8 lieux partenaires. Soyons optimistes et pragmatiques à la fois !

Il y a une coïncidence étonnante, en ce moment même se tient un festival de danse dans la région de Nantes, qui porte le même nom. Vos deux festivals ont en commun de se déployer sur un large territoire. Est-ce pour vous une condition indispensable au déploiement d’un festival ? Pourquoi ?

J’ai pris la direction du FJP il y a 4 ans, et cette volonté de se relier avec les autres, de bâtir des ponts et des collaborations, d’embrasser un large territoire fait partie intégrante de mon projet, à Carros. Que ce soit à l’échelle de la région – dès septembre 2018, la première édition de « Jacques a dit », le festival des arts de la parole, s’est déroulée à Carros mais également sur 7 autres villes et villages du Moyen-Pays niçois – ou au niveau national – le FJP a également intégré plusieurs réseaux et dispositifs de coopération professionnels, dont certains que j’avais initié avec d’autres (Le Réel Enjeu ou Traffic par exemple).

Concernant Trajectoires, après deux premières éditions (2019 et 2020) au Forum, j’ai rapidement souhaité associer les théâtres et lieux culturels emblématiques du département à cette dynamique. Les enjeux de ce festival coopératif sont multiples, il y a premièrement le plaisir à collaborer avec mes collègues directrices et directeurs de lieux culturels ; l’envie, dans ce département des Alpes Maritimes, de poser les bases d’un temps fort dédié à la création contemporaine ; de permettre la circulation des spectacles entre plusieurs lieux via des tournées mutualisées dont bénéficient les artistes et qui réduisent également l’impact écologique des spectacles ; de proposer aux publics, via cette dynamique de festival, de circuler d’un théâtre à l’autre grâce à une tarification réduite sur l’ensemble des spectacles ; d’attirer également des professionnels (au niveau régional et national) grâce à l’organisation de journées professionnelles, cette année les 24 et 25 janvier avec une RIDA de l’ONDA.
En synthèse : travailler de façon coopérative à 8 lieux est plus complexe, mais la richesse de nos propositions permet d’aller plus loin !

Le forum Jacques Prévert est le point central de Trajectoires, parlez moi de ce lieu.

Implanté à Carros (20 km de Nice), le Forum Jacques Prévert ( FJP) est une structure atypique, c’est un Centre Culturel – aux portes du Parc National du Mercantour, entre mer et montagne – dont le projet repose sur deux socles :

– l’accès à la culture par la pratique artistique amateur : 60 ateliers hebdo au Centre Culturel ; 500 pratiquants, 1500 adhérents, un Café associatif, … Bref, un lieu de pratique et de vie ouvert sur la ville et les habitants.

– la découverte de la création professionnelle grâce à la Salle Juliette Gréco (300 places) avec une Saison de 30 spectacles ; deux temps forts : « Jacques a dit », Festival des arts de la parole en septembre sur le Moyen-Pays niçois, et « Trajectoires », festival coopératif à l’échelle départementale en janvier-février.

Devenu Scène Conventionnée d’intérêt National pour l’art, l’enfance et la jeunesse en 2020, le FJP est également investi sur une dynamique pilote 100% Education Artistique et Culturelle à l’échelle de la ville. Nous accueillons par ailleurs des équipes artistiques en résidence, des tournées décentralisées dans les villages et co-produisons plusieurs projets par an.

Le Forum est également impliqué dans de nombreux réseaux régionaux (Traverses) et nationaux (Festival Fragments, dispositif le Réel Enjeu et dispositif Traffic ; ASSITEJ, Scènes d’Enfance).

Bref, s’y déploie un vrai projet d’éducation populaire exigeant, ancré localement et relié au national et à l’international !

Le festival a une ligne résolument contemporaine, comment s’est construite la programmation ?

C’est une vraie volonté, avec les partenaires, de défendre un festival de création contemporaine ! La programmation est le fruit de discussions bilatérales entre le FJP et les différents partenaires. Chaque partenaire est décisionnaire des spectacles qu’il propose, le Forum est garant de la ligne artistique globale et de la couleur du festival, avec pas moins de 7 spectacles programmés par le FJP sur 14. Certains spectacles tournent également parmi plusieurs théâtres (Seras tu là / J’ai trop d’amis). Le Forum porte et finance la communication globale du Festival via des supports spécifiques et Trajectoires s’appuie bien évidemment sur la communication de l’ensemble des lieux partenaires. C’est la démultiplication de notre travail conjuguée avec celui de l’ensemble des partenaires et des équipes des différents lieux qui fait notre force. Une fois de plus, c’est collectif !

Avec une grande place donnée au théâtre, comment articulez vous la présence de la danse, des marionnettes et de la performance ?

La pluridisciplinarité des esthétiques reflète la diversité de nos lieux, à la fois par leur taille et dans leurs missions. Parmi nos partenaires, il y a un lieu de résidence dans un tiers lieu (l’Entrepont à Nice), une Médiathèque très dynamique (Mouans Sartoux) et un Musée d’Art Contemporain (MAMAC, Nice). Les autres partenaires sont les 4 Scènes Conventionnées par le Ministère de la Culture et le Centre Dramatique National. Il est donc logique que cette hétérogénéité se retrouve dans la trans-sectorialité de la programmation, c’est une richesse !

Est-ce que la pandémie vous a limité dans la construction de ce programme ?

Limité, je ne dirais pas, cette époque m’a, plus que jamais, invité à sortir de mon territoire, à aller vers les autres et à multiplier les coopérations. La pandémie nous a cependant impacté car certains projets de cette édition sont liés à des reports de la saison précédente. Nous sommes encore cette saison dans une phase de transition dont nous subissons encore les conséquences.
Je pense, humblement, qu’il faut éviter de rester isolé et de se replier sur soi,…
Au contraire, le Festival Trajectoires, à travers ces récits de vie, nous invite à nous ré-approprier nos enjeux collectifs, à faire société ensemble, par la culture, dans les salles de spectacles et les lieux culturels. Célébrer le vivant, c’est motivant non ?

Informations et réservations ici.

 

Visuel : autorisation d’utilisation donnée par le service de presse-DR

Hip Hop Opening de Bouside Ait Atmane et Saïdo Lehlouh
Dexter, le retour
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture