Politique culturelle

Patrick Bloche veut abolir le fait du prince

Patrick Bloche veut abolir le fait du prince

12 décembre 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

« Mesdames, Messieurs, de nombreux emplois de l’?tat sont pourvus soit par décret en conseil des ministres, soit par décret simple du Président de la République, soit encore, en vertu d’une délégation, par un acte du Premier ministre ou d’un ministre. Ces emplois sont donc le plus souvent, dans une large mesure, à la discrétion de l’exécutif ». C’est en ces termes que Patrick Bloche, le président de la commission des affaires culturelles et de l’éducation a déposé une « proposition de résolution aux fins d’améliorer le processus de recrutement à la tête des grandes institutions culturelles ».

La dernière affaire parisienne est bien sur celle du Théâtre de l’Odéon. Au moment des faits, en avril 2011, son directeur, Olivier Py, avait déclaré :« Je suis viré pour avoir réussi (…) J’avoue ne pas comprendre ».  Les réactions s’étaient alors déchaînées en soutien au metteur en scène, tous saluent un bilan exemplaire. Pourquoi Frédéric Mitterrand, alors ministre de la Culture et de la Communication avait souhaité le non renouvellement d’un directeur exemplaire au profit de Luc Bondy, alors en poste au Festival de Vienne. Cela fut d’une opacité remarquable. En effet , six théâtres en France, le Théâtre National de l’Opéra-Comique, la Comédie Française, la Colline, Chaillot, le TJP de Strasbourg et le théâtre de l’Odéon ont un statut national. C’est le ministre de la Culture, dont la décision doit être validée par le président, qui en nomme les directeurs. Chacun a une mission particulière, pour le TJP, défendre le théâtre jeune public, pour Chaillot, la danse. L’odéon a comme mission la diffusion du théâtre Européen.Mission totalement accomplie puisque c’est sous le mandat Py que la maison reçue ses premières subventions européennes.

La coutume, mais ce n’est que coutume, voulait que le directeur de l’Odéon reste en poste deux mandats.

C’est justement, ces coutumes qui parfois arrange les uns avant de désespérer les autres qui révulsent Patrick Bloche. Dans sa proposition de résolution, il en vient à en appeler aux Droit de l’Homme : « Vu l’article 6 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 aux termes duquel « la loi (…) doit être la même pour tous » et « tous les citoyens étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents » ».

La proposition vise à mettre en place une « commission de sélection appelées à émettre un avis préalable à la désignation des principaux responsables ».  L’objectif majeur étant d’abolir la discrimination envers les femmes. Les statistiques sont effarants : »81,5 % des postes dirigeants de l’administration culturelle se trouveraient occupés par des hommes. »

Le texte devrait être adopté dans le premier trimestre de l’année 2013.

Visuel : capture d’écran-Parti Socialiste (c) ABN

Les patinoires parisiennes : nos trois coups de coeur
Nouvelle pluie de récompenses pour Emmanuelle Riva
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “Patrick Bloche veut abolir le fait du prince”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *