Politique culturelle

Où s’imprégner de la culture chinoise à Paris ?

Où s’imprégner de la culture chinoise à Paris ?

31 mai 2014 | PAR Alexander Mora-Mir

La France et la Chine partagent une richesse culturelle infinie. A Paris, on peut retrouver quelques lieux éparpillés pour pouvoir profiter du patrimoine culturel chinois, encore faut-il savoir où chercher. TLC l’a fait pour vous.

Epousant l’angle de la rue de Courcelles et celle de la rue Rembrandt, à quelques pas du Parc Monceau, c’est la Maison Loo qui attire l’attention. Cette pagode chinoise, d’un rouge profond a été comme catapultée de l’Empire du Milieu, et colle parfaitement à l’univers haussmannien qui l’entoure. D’où vient-elle ? De Chine évidemment, plutôt, comme est-elle arrivée là ?

Il faut revenir à la fin du XIXème siècle, lorsqu’un certain Ching-Tsai Loo, jeune et riche chinois, vient s’installer à Paris pour suivre ses études. A la fin de son cursus il devient antiquaire de renom, spécialisé dans l’art oriental place de la Madeleine. Souhaitant travailler vers Courcelles, il achète un hôtel particulier, pour exposer ses œuvres à son gré. En 1926, il le transforme en pagode avec l’aide de l’architecte Fernand Bloch. Les travaux se termineront deux ans plus tard.?Un hommage loin d’un symbole religieux, puisqu’elle représente l’amour de ce chinois pour son pays natal, et la volonté de la partager avec la France, son pays d’adoption. Elle tient toujours debout 86 ans plus tard.

Le musée national des arts asiatiques, Guimet bien évidemment est un incontournable. Situé en plein cœur du 16ème arrondissement de Paris, ce musée est considéré comme un grand centre de la connaissance des civilisations asiatiques au cœur de l’Europe. Il regroupe à l’heure actuelle l’une des plus complètes collections d’arts asiatiques au monde, dont deux étages dédiés à l’art chinois.

Situé 7 Avenue Velazquez dans le 8ème arrondissement de Paris, le musée Cernuschi est consacré aux arts asiatiques, principalement l’art de l’Extrême-Orient : Chine, Japon, Corée. Il est le second musée en France consacré aux arts asiatiques, après le musée Guimet, et le cinquième consacré à l’art chinois en Europe.

Le Centre Culturel de Chine à Paris est inauguré le 29 novembre 2002. Il est le premier centre culturel créé dans un pays occidental par la République Populaire de Chine. Le but de cette institution culturelle est d’encourager et de promouvoir les relations et les échanges entre la Chine et la France. Pour cela, encourager la connaissance réciproque des cultures et favoriser les rencontres. Le rayonnement de la culture chinoise se fait par l’intermédiaire de conférences, expositions, stages, festivals, spectacles, la publication d’ouvrages, toutes les formes audiovisuelles, la médiathèque est ouverte pour tous, afin de consulter toutes les sources et archives possibles. Tout pour pouvoir s’imprégner à distance d’une autre culture.

L’association Passeport pour la Chine voit le jour en 1983 à Paris. Elle est considérée aujourd’hui comme incontournable pour son savoir-faire. Apprendre le chinois, enseigné par des chinois d’origines, professeurs émérites par le biais de conversation, de lecture de la presse, le chinois des affaires, la préparation aux concours, chacun peut y trouver son compte. D’autant que la calligraphie, la peinture chinoise, les arts martiaux sont des activités inhérentes de la culture chinoise, elles vous seront également proposées sous forme de cours et de stages.

La Maison de la Chine, au 76 rue  Bonaparte, dans le 6ème arrondissement de Paris, proche de la place Saint-Sulpice, est un lieu ouvert à tous, pour toute personne désireuse de s’évader aux quatre coins de l’Asie, partir en voyage. Tout au fond de ces innombrables bureaux, gardés par des hôtesses spécialisées dans une région d’Asie, réside la Maison du Thé. Un lieu calme, à la décoration simple et apaisante, qui vous offre la possibilité de déguster de très bons crus de thés sélectionnés. Une explosion de saveur pour nos papilles, dans ce domaine où la culture du thé n’a de maître que la Chine.

La Librairie Le Phénix, située au 72 Boulevard Sébastopol, est un lieu vivant où se rencontrent français et chinois. Un lieu pour partager, apprendre de l’autre, apprendre la langue et même la calligraphie. Installée à cette même adresse depuis 1965, son but était d’apporter plus de connaissance aux Français sur la Chine Populaire.

© Visuels : DR Alexander Mora-Mir / visuels musée : Creative Comments Wikipedia

Les coproductions cinématographiques, nouvelles vitrines sur la Chine, interview de Vincent Fischer, Président de l’agence artistique ECI
Edito : Vitrines de Chine, l’influence croissante de la culture chinoise
Alexander Mora-Mir

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *