Politique culturelle
Olivier Py peut-il maintenir le Festival d’Avignon ?

Olivier Py peut-il maintenir le Festival d’Avignon ?

20 juin 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Dans une déclaration à Stéphane Capron dans Scène Web le directeur du Festival d’Avignon déclare : »Il y a une angoisse. En tout cas je n’annulerai pas le festival. Ce qui s’est passé en 2003 ne se passera pas avec moi. Il est possible que nous ne puissions pas jouer, mais jusqu’à la fin nous n’annulerons pas ».

Olivier Py

Maintenir, c’est pour Olivier Py une fonction vitale. En 2003, le festival avait bénéficié d’une assurance annulation. Dans la réalité, cela Bernard Faivre d’Arcier le répète régulièrement, « l’assurance que prenait chaque année le Festival d’Avignon auprès d’une Compagnie ne couvrait que les intempéries et autres événements extérieurs au festival mais, en aucun cas, un fait de grève, surtout venant du personnel du festival lui-même. Seulement Hortense Archambault, alors administratrice du festival réussit à l’époque à négocier une indemnisation de 100 000 € de la part de la Compagnie d’assurance. Cette somme ne couvrait évidemment pas les pertes de billetterie. » Il ajoute « La perte de recettes totale subie par le festival en 2003 se montait à 2,8 M€ (dont 2,5 de remboursement de billets). Il fut fait 0,9 M€ d’économies à la suite de l’annulation du festival, une fois acquittées toutes les dépenses engagées par les compagnies. Restait à combler un déficit de 1,9 M€. Sa couverture fut négociée et obtenue à la fin du mois de juillet et non pas, comme il est déclaré, avant la décision d’annulation, de la part des collectivités publiques au prorata des apports de chacune (dont les 2/3 par l’État). Ce sont ces différentes décisions qui ont permis la relance du festival dès l’année suivante en 2004 et la première édition de l’équipe qui m’a succédé, dirigée par Vincent Baudriller et Hortense Archambault ». Olivier Py, contrairement à ce qu’il affirme, n’est donc pas dans une situation différente, les assurances ponctuelles existent toujours. Il n’est donc pas contraint à accepter la grève jusqu’au 27 juillet, mais annuler met en péril la survie des deux prochaines éditions d’Avignon, le temps nécessaire à renflouer les caisses.

Maintenir avec l’espoir que le théâtre ait lieu, mais cela est peu probable. Au lendemain de l’annonce de Manuel Valls, la lutte est repartie gonflée à bloc. On a vu Samuel Churin, porte-parole de la CIP-IDF (Coordination des intermittents et précaires d’Île-de-France) déclarer sur le compte Facebook de la CIP-IDF : «L’État va participer au financement des annexes 8 et 10. Le Medef et la CFDT en rêvaient depuis longtemps, aucun gouvernement de droite n’avait osé, ces traîtres l’ont fait. C’est une catastrophe. C’est le début de la caisse autonome! À l’heure où Manuel Valls vient de faire sa déclaration, tous les médias s’interrogent sur les festivals. La question n’est pas là. Il s’agit de répondre-sur le fond- à la grande entreprise de communication menée par le Gouvernement. Car les pistes avancées sont très dangereuses. » Si la coordination ne lève pas la grève, peu d’espoir que les spectacles jouent.

Dans les prises de position prises par Olivier Py, une chose est oubliée : tout comme le directeur du Off, il n’a pas la totale prise en main de l’existence de l’édition 2014. La menace de trouble à l’ordre public gonfle dans les ruelles de la Cité des Papes. Le Prefet pourrait faire taire toutes discussions.

Visuel :©Bérénice Cler

Gagnez des DVD du film « Le sens de l’humour » de Maryline CANTO
Stanislas Nordey au TNS : nomination de référence
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “Olivier Py peut-il maintenir le Festival d’Avignon ?”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *