Politique culturelle
Les rendez-vous de l’histoire pris dans la tourmente d’un boycott

Les rendez-vous de l’histoire pris dans la tourmente d’un boycott

01 août 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

L’affaire dépasse de loin le giron universitaire. Le 30 juillet, le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie et l’écrivain du célèbre En finir avec Eddy Bellegueule ,Édouard Louis, ont appelé à boycotter les Rendez-vous de l’histoire en raison de la présence de Marcel Gauchet.

Cette année, le thème des « Rencontres de Blois » est la rébellion. En 2013, il était question de « La Guerre » et la séance inaugurale était orchestrée par Eli Barnavi. Geoffroy de Lagasnerie et Edouard Louis viennent de signer une tribune dans Liberation largement relayée  où ils déclarent :

« Du 9 au 12 octobre, la 17ème édition des « Rendez-vous de l’histoire » se tient à Blois. Le thème de cette année en sera « Les Rebelles ». C’est donc avec stupéfaction et même un certain dégoût que nous avons appris que Marcel Gauchet avait été invité à en prononcer la conférence inaugurale. Comment accepter que Marcel Gauchet inaugure un événement sur la rébellion ? Contre quoi Gauchet s’est-il rebellé dans sa vie si ce n’est contre les grèves de 1995, contre les mouvements sociaux, contre le PaCS, contre le mariage pour tous, contre l’homoparenté, contre les mouvements féministes, contre Bourdieu, Foucault et la « pensée 68 », contre les revendications démocratiques ? Il a publié dans Le Débat tout ce que le France compte d’idéologues réactionnaires. Il a organisé des campagnes haineuses contre tous les grands noms de la pensée critique, etc.. ».

Ils ont donc annulé leur participation et demandent à ce que les autres intervenants fassent de même. C’est le choix qu’à fait également Didier Eribon qui sur sa page facebook témoigne « Belle et indispensable initiative de Geoffroy de Lagasnerie et Edouard Louis. En effet, les Rendez-vous de l’Histoire à Blois invitent d’inquiétants personnages sous couvert de célébrer « les Rebelles ».
J’ai donc moi aussi annulé ma participation à ces journées pour ne pas cautionner les idéologues les plus violemment réactionnaires et les plus haineusement anti-démocratiques qui vont y parader (et diffuser leur camelote qui ne prospère dans les médias et les cénacles politiques que parce qu’elle est hostile à la pensée critique et aux droits des minorités) »

Geoffroy de Lagasnerie et l’écrivain du Édouard Louis ont dans un premier temps accepté de répondre à nos questions puis se sont retractés. Dans le giron universitaire, leur action ne fait pas que des heureux. Le philosophe et historien Marcel Gauchet est le directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, au Centre de recherches politiques Raymond-Aron et rédacteur en chef de la revue Le Débat. L’auteur du Désenchantement du monde est tout sauf un rebelle mais il est bien installé. Il n’a pas souhaité non plus s’exprimer pour le moment.

Affaire à suivre.

Visuel : ©Rencontres de blois

10 sites pour revivre virtuellement la Première Guerre mondiale
Le nouveau Christopher Nolan, Interstellar, se dévoile à travers une nouvelle bande-annonce
Avatar photo
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “Les rendez-vous de l’histoire pris dans la tourmente d’un boycott”

Commentaire(s)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture
Registration