Politique culturelle
Les perspectives d’avenir du mécénat culturel en France

Les perspectives d’avenir du mécénat culturel en France

12 novembre 2013 | PAR La Rédaction

Les 5 et 6 novembre se sont tenu « Les entretiens du mécénat » au Grand Palais à Paris. A l’occasion de ceux-ci, certaines questions comme les nouveaux outils du mécénat et son avenir en temps de crise ont été abordés.

Encouragé par la ministre de la culture et de la communication, Aurélie Filippetti, et en hommage à la loi Aillagon votée le 1er août 2003, la mission du mécénat au ministère a organisé sept tables rondes autour de ces deux jours afin de discuter des principaux enjeux du mécénat ainsi que de ses perspectives d’avenir aujourd’hui en France. Fêtant ses dix ans cette année, et visant à faciliter l’accès au mécénat, la loi Aillagon lui a permis de se développer d’une manière fulgurante (310 fondations d’entreprises ont été crées depuis 2003). En diminuant les impôts sur les entreprises donatrices elle a notamment contribué à multiplier par sept le volume de dons offerts par celles-ci.
Parmi les 46 intervenants lors de ces différentes conférences, des représentants d’entreprises, de fondations, des pouvoirs publiques ainsi que de la presse.
Le public majoritairement constitué de professionnels du mécénat et de la culture est venu en masse pour soutenir cette initiative. Durant ces deux journées les thèmes suivants ont été abordés : le mécénat culturel territorial des entreprises ; la place des fondations dans la culture ; les nouveaux outils, nouvelles générations de mécènes ; les perspectives pour le mécénat culturel en France.

Dans le contexte économique actuel, le mécénat est un secteur encore protégé de par sa fiscalité avantageuse. La ministre de la culture et de la communication confirmait lors des « Entretiens du mécénat » que les dispositions de la loi Aillagon ne seraient pas remises en cause, en réponse aux inquiétudes lancées par les intervenants. En effet ceux-ci avaient évoqué la traque des niches fiscales lancée par le gouvernement.
Pour ce qui est du mécénat culturel qui occupe 26% du budget consacré au mécénat, la poursuite de son développement peut être freinée car il n’est pas jugé indispensable par les entreprises. Pour attirer ces entreprises, les institutions essayent d’exposer leur projet culturel au travers d’actions sociales afin que les donateurs potentiels y voient un projet plus précis. Le mécénat culturel est plutôt encouragé par les particuliers qui se mobilisent à travers des plateformes de crowdfunding (financement par la foule) tel que My major Company et financent certains événements culturels. En effet grâce au web, il est désormais possible de trouver un financement pour un projet sur ces plateformes à condition de savoir en faire parler. Ce mécénat populaire gagne de l’importance et se voit de plus en plus sollicité. Cependant ce financement participatif est long et difficile à trouver pour un artiste sans grande notoriété.

Victoria PUTZ

L’Afrique et les caraïbes à l’honneur pour le festival Africolor 2013
Marie Darrieussecq reçoit le Prix Médicis
La Rédaction

One thought on “Les perspectives d’avenir du mécénat culturel en France”

Commentaire(s)

  • A noter également les 28 et 29 novembre prochains, la 4ème conférence de fundraising pour la culture, organisée par l’Association Française des Fundraisers, organisme de référence en la matière.

    Sébastien Barasinski, consultant Mécénat et Fundraising http://www.adlimina.fr

    novembre 15, 2013 at 12 h 15 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *