Politique culturelle

Les parapluies de Hong Kong : les manifestations continuent

Les parapluies de Hong Kong : les manifestations continuent

03 octobre 2014 | PAR Fanny Bernardon

Alors que la République Populaire de Chine vient de souffler sa 65ème bougie, des manifestants par milliers sont descendus dans les rues, armés de leurs voix et de leurs parapluies pour défendre la démocratie.  Les autorités chinoises ont une nouvelle fois répondu à leurs opposants à coups de censure et de gaz lacrymogène. 

Ce jour-là devait être un jour férié, ce jour-là devait être celui de la célébration de la République. Mais en ce 1er octobre, une grande partie du peuple chinois a tenu à faire entendre sa voix. Par milliers, les gens ont investi l’espace public pour réclamer la démocratie. Le mouvement Occupy Central with Love and Peace s’est allié à des étudiants en grève pour s’opposer à la proposition des autorités chinoises concernant le nouveau mode de scrutin qu’elles ont mis en place. En voilà un bref rappel: le gouvernement choisit les noms des candidats dans le parti communiste … en échange de quoi les citoyens chinois ont le droit au suffrage universel. Hong Kong y voit bien sûr la manipulation et la fausse promesse et sort battre le pavé.

Leung Chun Ying, chef de l’exécutif local, surnommé le « loup » est également mis en cause par les manifestants qui l’accusent de n’être qu’un vulgaire pion du gouvernement de Pékin, peu soucieux des intérêts des citoyens chinois. La police qui avait reçu comme consigne d’user au « minimum » de la violence contre les manifestants les a pourtant pris pour cible.

Si Hong Kong est bien souvent épargnée par les répressions gouvernementales, conservant une indépendance relative, les contestataires y sont encore nombreux. Face à l’ampleur de ce mouvement, les autorités gouvernementales ont alors usé d’une de leurs armes favorites, la censure. Les sites internet chinois relais d’informations et des manifestations ont été sommés d’arrêter « immédiatement » de renseigner à ce sujet sur la toile. De plus, les recherches effectuées sur Weibo (équivalents Facebook et Twitter chinois) et Instagram ont été ralenties voire totalement censurées de sorte qu’aucune photo de Hong  Kong ne soit visibles. Le Google chinois Baidu quant à lui, joue le jeu de Pékin en proposant principalement des contenus à connotations négatives sur le bien fondé des manifestations.

Malgré ces maintes tentatives d’étouffer la voix du peuple, Hong Kong résonne encore de son opposition farouche face à l’autoritarisme du gouvernement. Alors que les manifestants continuent de brandir et d’ouvrir pacifiquement leurs parapluies en signe de solidarité et de rassemblement, un mouvement d’artistes et d’intellectuels vient collectivement de se raser la tête, marquant leur soutien aux citoyens opprimés.

Tous les moyens sont bons; qu’ils aient tous un écho est moins sûr, néanmoins, la population chinoise une nouvelle fois fait preuve de sa très grande aspiration à la liberté et à la démocratie.

Visuel à la Une et visuels : @Capture d’écran myTF1.fr

« L’idiot », la nostalgie à vif de Macaigne au Festival D’automne
[Interview] Olivier Oltramare co-fondateur de la revue Breeks
Fanny Bernardon

One thought on “Les parapluies de Hong Kong : les manifestations continuent”

Commentaire(s)

  • Merci pour cet article concis et instructif… en effet, les Hongkongais ne lâchent pas… et leur influence sur l’ensemble des chinois s’ils obtiennent satisfaction sera bien réelle. D’où l’inquiétude dus états majors chinois qui peinent de plus en plus « au contrôle »!

    octobre 3, 2014 at 11 h 10 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *