Politique culturelle

« Le sacrifice de Polyxène » un tableau de Le Brun découvert au Ritz.

« Le sacrifice de Polyxène » un tableau de Le Brun découvert au Ritz.

23 janvier 2013 | PAR Sandra Bernard

L’annonce est digne d’un roman d’Agatha Christie : un tableau de grand maître retrouvé dans un prestigieux hôtel ! Ce matin la nouvelle AFP est tombée. Un tableau de Charles Le Brun Le sacrifice de Polyxène a été découvert dans la suite Coco Chanel du Ritz.


La saison est décidément propice aux découvertes ou redécouvertes de tableaux de grands peintres. Après Le jardin de Matisse, c’est une découverte fortuite lors d’un banal inventaire des meubles par les conseillers artistiques du Ritz, Joseph Friedman et Wanda Tymowska, qui met en émoi le monde de l’art. Une œuvre de jeunesse de Charles Le Brun, qui n’est pas encore le premier peintre du roi Louis XIV, vient d’être découverte dans un excellent état de conservation. Ce tableau, daté de 1647, représente le sacrifice de Polyxène, cette jeune princesse troyenne immolée sur le tombeau d’Achille, à la fin de l’Iliade. Peint juste après le retour du jeune artiste d’un séjour de trois ans à Rome, cette œuvre témoigne de la forte influence de Poussin sur les débuts du jeune peintre.

Imaginez la surprise des experts en découvrant, au bas de la toile, une date et une illustre signature. La découverte, relatée par Joseph Friedman, est d’autant plus rare et surprenante que ce tableau n’est pas mentionné dans les écrits de Le Brun. Contrairement aux enquêtes de Miss Marple, les recherches dans les inventaires précédents et les archives de l’hôtel n’ont pas apporté d’éléments quant à la provenance ou le commanditaire de la toile, mais il semble que la peinture était déjà en place lors de l’achat du bâtiment par César Ritz en 1898. La qualité de l’oeuvre, expertisée par la maison Christie’s, a incité son propriétaire, le milliardaire égyptien Mohammed Al Fayed à la vendre. Mise aux enchère, l’œuvre est estimée entre 300 000€ et 500 000€. Les bénéfices seront reversés à la Fondation Dodi Al Fayed, son défunt fils.

 

Visuel : wikipédia image du domaine public (Nicolas de Largillierre, Charles Le Brun (1683-1686), 232 × 187 cm, huile sur toile, Louvre, INV. 5661) + Capture d’écran SB

Nozoki Ana T1 un éveil à la sensualité
Velvet de Mary Hooper
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *