Politique culturelle
Le Quadrilatère de Beauvais fait peau neuve !

Le Quadrilatère de Beauvais fait peau neuve !

03 septembre 2022 | PAR Anne-Sophie Bertrand

Alors que le centre d’art beauvaisien Le Quadrilatère vient de fermer ses portes pour d’importantes rénovations, nous avons discuté avec sa directrice Lucy Hofbauer pour en savoir un peu plus sur le bâtiment, les travaux et les ambitions de ce lieu atypique situé juste à côté de la Cathédrale de Beauvais. 

Toute la Culture : Nous avons lu que vous souhaitiez « Révéler au public la beauté de l’architecture d’André Hermant ». Peut-être pourriez-vous nous rappeler les caractéristiques de cette architecture de la Reconstruction post-45 ?

Lucy Hofbauer : C’est une architecture qui a été construite dans un site très singulier par ce qu’elle vient se lover entre l’interstice qu’il reste entre la cathédrale et les remparts gallo-romains après les bombardements des années 40. Avant d’être un centre d’art, il y avait là des maisons canoniales : une architecture médiévale faite de petites maisons empilées comme on en a l’habitude dans les villes anciennes. Après les bombardements, André Hermant a pu se dégager une surface assez conséquente, il a aménagé 4000 m2 dans cet angle du rempart gallo-romain pour exposer la tapisserie. C’est une idée qui est apportée ici par André Malraux après la demande de la ville de ramener la manufacture à Beauvais, qui a brûlé pendant la guerre. A ce moment-là, l’Etat n’a pas les moyens de ramener la manufacture, mais il propose dans la politique culturelle de Malraux de l’époque d’ouvrir un grand musée consacré à l’art tissé.

Pourquoi avoir choisi d’entamer les travaux en 2022 ?

D’abord ils étaient indispensables pour la sauvegarde du bâtiment : c’est un monument qui était vieillissant avec des infiltrations d’eau. Le conseil municipal vote ce projet en décembre 2019 : pour la conservation des œuvres, il fallait absolument faire quelque chose. Et puis, la priorité était aussi l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite. La ville a aujourd’hui repris la bâtiment de André Hermant pour en faire un centre d’art, et dans cette perspective la ville voulait absolument que les lieux soient sécurisés et accessibles à tous.

En quoi le nouveau bâtiment va satisfaire ces demandes ?

Dans la philosophie de la restructuration, le premier axe est la sauvegarde du monument XXè siècle. L’idée est de valoriser au maximum le bâtiment de André Hermant, donc d’y toucher le moins possible. Le second axe est le fait de déposer l’escalier central pour installer des rampes plus douces et un ascenseur. C’est le seul renoncement qu’on fera dans cette architecture. Le nouvel escalier monumental sera dessiné par l’architecte François Chatillon et donnera accès à toutes les salles.

Au niveau des salles d’exposition, Comment cela va s’organiser ?

La répartition de l’espace reste la même qu’aujourd’hui. Mais le parcours contemporain va être modernisé : la température et l’hygrométrie seront contrôlées pour la conservation des œuvres, et les murs seront cimaisés. Et, on intégrera également dans une des salles basses une exposition permanente dédiée à l’histoire de la ville que nous n’avions pas pour le moment. 

Nous avions une préfiguration de cette salle avec le CIAP (Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine), qui va donc maintenant devenir pérenne. Aujourd’hui le bâtiment est dédié à la création contemporaine, mais en son cœur il y a des vestiges archéologiques remarquables puisque c’était l’ancien forum romain, et il y a également des remparts gallo-romains. Donc nous avons dédié une salle entière à cette valorisation du patrimoine, avec surtout l’accueil des scolaires. 

Le projet s’inscrit-t-il dans un projet culturel plus ambitieux de la part de la ville de Beauvais ?

La ville de Beauvais avait candidaté au Label Capitale Française de la Culture en 2024, elle n’a malheureusement pas été retenue. Du coup, tous les projets qui ont émergé dans la préparation de la candidature veulent se voir concrétiser le plus possible. Il s’agit surtout de travailler le lien à la ruralité. C’est notre sujet ici : nous sommes une ville préfecture et autour de nous il y a énormément de villages dans lesquels il y a de forts enjeux sociaux et culturels, comme la lecture publique par exemple . Il y a un nouveau théâtre qui a été labellisé Scène Nationale qui a pour but d’offrir une programmation qui mobilise tous les publics et pas uniquement le centre ville ! 

Dans la même perspective, le Centre d’art est un équipement municipal qui a pour but de lier les différents quartiers avec un enjeu d’enraciner le Quadrilatère comme un espace commun de la ville et ses alentours.

Allez-vous proposer des expositions hors les murs pour continuer de faire vivre l’aura du Quadrilatère pendant les deux ans de travaux ?

Oui, trois artistes contemporains seront invités pour réaliser des œuvres dans l’espace public et qui seront présentés l’été 2023. Le temps fort sera en juin, en résonance de la Triennale Art et Industrie des Hauts de France, à laquelle nous participons, activement! . 

 

 

Image de une : Vue du Quadrilatère par Laurent Kronental, Commande photographique du Quadrilatère Centre d’art de Beauvais, Décembre 2020.

Image d’illustration de la rénovation : Le Quadrilatère de Beauvais, Vue du hall ©Chatillon Architectes

Une télé-réalité inspirée de « Squid Game » à venir sur Netflix
« Les Sept divinités du bonheur » de Keigo Higashino : Un pont trop loin
Anne-Sophie Bertrand

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture