Politique culturelle

Le philosophe Pierre Hadot est mort

26 avril 2010 | PAR Yaël Hirsch

L’ancien professeur au Collège de France et spécialiste du néoplatonisme s’est éteint hier à l’âge de 88 ans. La ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Valérie Pecresse a rendu hommage dans un communiqué de presse à Pierre Hadot.

Pierre Hadot envisageait la philosophie comme un certain regard étonné sur le monde qui conduit à une certaine manière de vivre, passant par des « exercices spirituels » ( terme souvent lié aux pratiques méditatives  des jésuites mais qui, sous la plume de Pierre Hadot, sont un travail sur soi par la philosophie, jusqu’à changer son intériorité de sujet). Il s’était confié sur cette manière de vivre au philosophe de l’Université de Chicago Arnold I. Davidon (« La Philosophie comme manière de vivre », Albin Michel, 2002).
Né en 1922 à Reims, Pierre Hadot a étudié à la fois  la philosophie et la théologie et est entré au séminaire pour devenir prêtre. Si Pierre Hadot a quitté cette voie dans les années 1950, il en a gardé le désir de ne pas séparer raison et spiritualité, partageant dans cette attention les efforts d’autres grands philsophes du XXe siècle comme Leo Strauss et Rémi Brague. Hadot se spécialise dans la philosophie Antique, écrit sa thèse sur Porphyre et Victorinus, travaille sur Plotin, Epictète, et Marc-Aurèle, devient Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Etudes de 1964 à 1986, et fait dans sa leçon inaugurale au Collège de France en 1983 un « Eloge de la philosophie antique ». Hadot a également travaillé sur Wittgenstein (« Wittgenstein et les limites du langage », Vrin).
Hier, Valérie Pecresse a salué « la mémoire d’une grande figure de la philosophie française, qui sut avec bonheur faire redécouvrir à un large public le sens profond de la sagesse antique envisagée comme manière de vivre ».

Pour en savoir plus sur Pierre Hadot, vous pouvez visiter sa page sur le site du Collège de France (dont il est resté professeur honoraire jusqu’à sa mort), ou consulter les riches archives de l’ENS, où vous trouverez les enregistrements d’une journée d’étude qui lui a été consacrée en juin 2007. Et commencer à le lire par ses « Etudes de Philosphie ancienne » (Les Belles Lettres).

Vidéo : « Haifisch », le nouveau single de Rammstein
Louis Ronan Choisy au New Morning : Noyade dans une Rivière de Plumes
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Le philosophe Pierre Hadot est mort”

Commentaire(s)

  • samrakandi

    Pierre Hadot m’a ouvert le vaste champ du comparatisme avec la philosophie islamique; sa refléxion relative au glissement de la spiritualité chez les philosophes grecs aux philosophies chrétiennes et à la théologie constitue un point de compréhension fort pertinent pour ne pas attribuer exclusivement la spiritualité aux seuls messages abrahamiques; désormais les athées peuvent prétendre à une spiritualité issue des exercices de refléxion philosophiques sans référence au dieu unique et à la transcendance.
    C’est une erreur de croire à la personne sage, nous tendons vers un idéal de sagesse… un horizon de méditations ouvert par ce grand résistant qui a traversé le siècle en discrétion
    Nous perdons un grand savant , un homme de justice et d’humilité
    Mohammed Habib Samrakandi
    Directeur de la revue Horizons Maghrébins

    mai 4, 2010 at 14 h 50 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *