Politique culturelle

Le Parlement européen lance une loi sur la protection des lanceurs d’alerte

Le Parlement européen lance une loi sur la protection des lanceurs d’alerte

25 octobre 2017 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Le Parlement européen de Strasbourg a mis en place un projet de loi européenne sur la protection des lanceurs d’alerte. Une large majorité d’eurodéputés s’oppose à cette protection.

Un projet de rapport sur la protection des lanceurs d’alerte a été mis aux voix ce mardi 24 octobre au Parlement européen de Strasbourg. Un lanceur d’alerte concerne une personne, une institution ou un groupe qui à la suite d’un danger lance un signal d’alarme qui sera ensuite porté à direction des associations, des médias ou des instances officielles. La député européenne, Virginie Rozière a présenté le 16 octobre 2017 son rapport sur la protection des lanceurs d’alerte dans l’Union Européenne où elle s’est exprimée: « Aujourd’hui, vous avez six États qui protègent les lanceurs d’alerte. La Suède a été le premier, la France le dernier en date. Mais on voit que ces protections, elles sont fragmentaires, elles ne sont pas homogènes. Et les lanceurs de Lux-Leaks ont été condamnés à de la prison avec sursis et à des amendes. C’est pourquoi, on a besoin aujourd’hui d’une protection européenne […] Dans mon rapport, nous souhaitons que la protection des lanceurs d’alerte soit maintenue, y compris lorsqu’ils s’adressent à des journalistes. »

Une minute de silence a été observée ce mardi avant le vote à la mémoire de Daphne Caruana Galizia, journaliste maltaise assassinée à Mosta le 16 octobre dernier. Cet hommage à la journaliste suscite une particularité chez Virginie Rozière: « Cet hommage a quelque chose d’indécent de la part du PPE, qui a jusqu’au bout refusé un débat sur la question des lanceurs d’alerte, pour éviter d’avoir à exposer ses contradictions ». De ce fait, les écologistes européens veulent une désignation d’un enquêteur international et une démission du gouvernement maltais, les Verts de leur côté souhaitent que le journalisme d’investigation à Malte soit récompensé par un prix européen et enfin la présidence du Parlement européen envisage de donner le nom de la journaliste maltaise assassinée à la salle de presse du Parlement.

A l’issue du vote, la droite britannique et l’extrême droite française ont voté contre la loi sur la protection des lanceurs d’alerte tandis que la droite française a votée pour. Cela fait un total de 399 voix pour la loi européenne de protection des lanceurs d’alerte.

Visuel: Wikipedia

L’Etudiant quitte les kiosques: l’inquiétude de la rédaction
Un fusil, une vache, un arbre et une femme de Meir Shalev chez Gallimard
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *