Politique culturelle
L’Atelier néerlandais s’inscrit dans une dynamique culturelle territoriale

L’Atelier néerlandais s’inscrit dans une dynamique culturelle territoriale

10 juin 2015 | PAR Flora Vandenesch

L’Institut Néerlandais a connu des temps difficiles. Représentant de la culture des Pays-Bas en France, il a fermé ses portes fin 2013 avant de réouvrir dès le début de l’année 2014, sous l’appellation l’Atelier Néerlandais. Toujours installé dans l’hôtel de Lévis-Mirepoix, rue de Lille dans le 7e arrondissement de Paris, il a renouvelé et modulé ses activités depuis septembre 2014. Développant des partenariats multiples, l’Atelier Néerlandais s’inscrit davantage dans le territoire culturel et se porte bien.

A l’été 2012, l’annonce de la fermeture de l’Institut Néerlandais, prévue le 1er janvier 2014, avait provoqué de vives réactions dans le monde de la culture. Trois mille lettres de soutien avaient été remises à l’ambassadeur des Pays-Bas le 7 décembre 2012, protestant contre l’absence d’alternatives et de possibilité à une réforme éventuelle de cet établissement. En cause : la politique d’économies budgétaires du gouvernement néerlandais, l’économie prévue se chiffrant à deux millions d’euros annuels. Selon les sources citées dans le Figaro du 15 février 2013, « il n’est pas certain que cette décision permette de réaliser de véritables économies, et les raisons invoquées, comme le coût de la location des locaux de la rue de Lille, sont contredites par le fait que les services culturels de l’ambassade néerlandaise s’installeraient au même endroit. » Très vite, au début de l’année 2014, l’ambassade reprend les choses en main.

Conservant le bâtiment rue de Lille à Paris, l’Atelier Néerlandais occupe maintenant le 3ème étage, le 1er étage et le rez-de-chaussée du bâtiment étant loués à des exposants. Aujourd’hui, l’ambassade chapeaute les activités culturelles, continuant activement les actions menées par l’équipe précédente, une organisation indépendante de fondation d’utilité publique composée de plusieurs départements. Inauguré en 1957, l’Institut Néerlandais était à l’origine de multiples manifestations culturelles : expositions, concerts, projections de films, colloques, conférences, débats et cours de néerlandais. Haut lieu de la culture néerlandaise en France, il jouait un rôle d’intermédiaire entre les institutions et artistes français et néerlandais. Chaque année, plus de 500 Français suivaient des cours pour apprendre le néerlandais. Aujourd’hui, on peut toujours s’inscrire à des cours de néerlandais, au Nouveau Centre de Langage.

Marlise Van Der Jagt, chargée de la communication culturelle à l’ambassade des Pays-Bas à Paris, constate les évolutions et la dynamique de l’Atelier Néerlandais. « Depuis septembre 2014, sous la direction de l’ambassade, la représentation de l’art et la culture néerlandaise en France continue d’exister. Un incubateur a vu le jour et permis la formation de l’Atelier Néerlandais, d’un côté. De l’autre côté, l’ambassade travaille avec des partenaires français comme le 104 et la Maison de la Poésie, en proposant des soirées littéraires au public. » Marlise Van Der Jagt est une des quatre personnes à avoir travaillé à l’Institut Néerlandais au département d’exposition et au mécénat et qui continue à travailler avec l’ambassade aujourd’hui. Elle constate de réels changements. « L’Atelier Néerlandais est un beau projet qui rassemble beaucoup de participants et de nouveaux membres. Il est créatif et utile pour ceux qui veulent découvrir la culture néerlandaise. La richesse de l’Atelier réside dans le travail de fond mené avec les partenaires français. » Elle ajoute : « Il y a davantage de liens avec les partenaires. Aujourd’hui, des expositions à l’initiative de l’Atelier Néerlandais ont lieu hors les murs, par exemple Krijn de Koning et Small Universe d’Erik Kessels au 104. Avant, les manifestations culturelles avaient lieu uniquement à L’Institut Néerlandais. Nous accueillons toujours un large public à l’Atelier, rue de Lille, à cela s’ajoute les visiteurs des autres lieux culturels. »

Marlise Van Der Jagt mentionne également l’appui de partenaires néerlandais comme le Musée de la photographie à Rotterdam et les activités développées à l’Atelier Néerlandais. Les membres, des créateurs de mode, designeurs, photographes et bien d’autres donnent des activités en fonction de l’actualité culturelle, participant à de nombreuses initiatives françaises, telles que les D’Days, la Fashion week, le Mois de la Photo, le Salon du livre, la Fête de la musique ou encore le Forum des instituts culturels étrangers à Paris.

Visuel : l’Atelier Néerlandais

La sélection cinéma de la semaine du 10 juin
M.U.R.S. : le nouveau « smartshow » de la Fura dels Baus
Flora Vandenesch

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *