Politique culturelle

Le mur de Berlin a 50 ans

Le mur de Berlin a 50 ans

12 août 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Dans la nuit du 12 au 13 août 1961, le mur de Berlin est érigé en pleine ville par la République démocratique allemande (RDA) voulant mettre un terme, à l’aide d’un système de sécurité meurtrier,   à la fuite de ses citoyens vers la plus occidentale  République fédérale d’Allemagne (RFA). Pendant vingt-huit ans, le mur sépare  la ville en Berlin-Ouest et Berlin-Est, matérialisation du Rideau de fer.

Aujourd’hui, l’histoire du mur fait parti du patrimoine de toute l’Allemagne et de Berlin en particulier, mais seuls quelques éléments ont été conservés.   Une ligne rouge a été marquée au sol pour retracer son cours. Un musée au « Checkpoint Charlie » lui est dédié depuis 1963 .

Sur le site officiel de la ville de Berlin, on en apprend un peu plus, sur  le «parcours du mur de Berlin»  qui depuis 2006 suit le tracé du mur.  Ses 160 kilomètres sont devenus  un  itinéraire cyclable et piétonnier suivant les traces de l’ancien chemin douanier (Berlin-Ouest) ou « du chemin de ronde, utilisé autrefois par les gardes-frontières de la RDA pour contrôler le périmètre frontalier  Ce parcours comporte des témoignages historiques, avec des traces et des restes du mur, ainsi que des paysages attrayants, qui rappellent le bonheur de la réunification. Le parcours du mur de Berlin est jalonné de panneaux indicateurs à intervalles réguliers, qui comportent des plans d’orientation. Plus de 40 étapes du parcours complètent le dispositif et proposent des informations en plusieurs langues sur la séparation de l’Allemagne, ainsi que sur la construction et la chute du mur. Des photos et des textes y décrivent les événements qui s’y sont produits et rappellent la situation politique telle que la vivaient au quotidien les berlinois à l’époque de la séparation. « 

Interrogés par l’AFP, des Berlinois déclarent trouver insuffisant les 3 km restant du mur  :   « nous avons eu peur que le mur soit de nouveau érigé, alors nous l’avons erradiqué ». Environ 600 personnes ont été tuées et le peu de présence physique risque de faire oublier ces heures noires. Tournée vers l’avenir, Berlin est aujourd’hui une capitale culturelle fascinante, en témoigne la richesse de son théâtre et de sa danse que nous savourons en France . Soucieux de la préservation de leur histoire, en témoigne le monumental mémorial de la Shoah situé au centre de Berlin, entre la porte de Brandebourg et la Potsdamer Platz, il est fort à parier que les Berlinois ne laisseront pas s’effacer ce lourd souvenir.

Ronan-Jim Sevellec met la galerie Antonine Catzeflis en boites!
Sziget 2011 : quelques photos pour faire bonne mesure
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *