Politique culturelle
Le cirque Wauquiez

Le cirque Wauquiez

04 décembre 2015 | PAR Clémence Charrier

Cela n’aura échappé à personne, dimanche ont lieu les élections régionales. Au milieu de l’océan de propositions que les politiques brandissent chaque jour dans le but de nous convaincre, certaines pépites sortent du lot, pour le meilleur ou pour le pire. Laurent Wauquiez, candidat Les Républicains pour la région Auvergne-Rhône-Alpes, ne nous a pas épargnés. 

« Recentrer notre offre de formation professionnelle en fermant les formations inutiles comme celles des métiers du cirque et des marionnettistes et au contraire en développant celles qui débouchent sur de vrais emplois. » Oui, vous avez bien lu. Non, ce n’est pas une plaisanterie. Oui, Monsieur Wauquiez est sérieux. Non, il ne s’agit pas d’une bourde échappée en direct. Le candidat a bel et bien l’intention de fermer des formations qu’il ne juge pas utiles. Cette proposition numéro 15 est classée dans la partie « Défendre une vision du social basée sur le travail plutôt que sur l’assistanat » (juste avant « Protéger ceux qui en ont vraiment besoin ») de son programme officiel.

Donc, si l’on comprend bien, Monsieur Wauquiez est convaincu, au point de l’inclure au sein de ses propositions, que les métiers du cirque ne sont pas valables, ne sont pas de vrais emplois, et a priori, ont un lien plus ou moins avéré avec ce qu’il appelle l’assistanat.

Par où commencer ? Difficile de traiter une telle absurdité. C’est pourtant ce qu’ont essayé de faire les professionnels du cirque et de la marionnette dans une lettre ouverte adressée au candidat. Leur premier argument est d’ordre économique : « Ne mésestimez pas le poids économique et social de l’art et de la culture dans notre pays, qui représente 1,3 million d’emplois en France (sans compter les effets positifs sur les commerces et la restauration que fréquentent les publics). » S’ensuit un plaidoyer pour la culture, élément indispensable de la démocratie, et qui, pourtant, ne semble pas être dans les bonnes grâces du candidat.

Et que dire de sa formule en suspens ? Quelles sont les autres « formations inutiles », puisque celles citées ne sont que des exemples ? Que Monsieur Wauquiez nous éclaire. Puisque son avis tranché sur la question suppose une véritable réflexion sur le sujet, il doit pouvoir nous apporter la réponse. Il n’en reste qu’il est tout de même curieux que le candidat ait reconfirmé son intention dans un entretien accordé au Progrès, quelques jours après que tout le paysage politique français a clamé l’importance de la culture en France. Que de contradictions. Et surtout, que de mépris pour un secteur digne du même respect que chaque corps de métier. Monsieur Wauquiez n’est peut-être pas quelqu’un qui apprécie la création, l’imagination, le rire, allez savoir. Mais il est tout de même cocasse qu’il réfute jusqu’à l’existence du cirque alors même qu’il en tient le rôle titre.

VISUELS : © wikimedia © programme officiel

Star Wars au service de la démocratie
L’Egypte, la sexualité, et youtube
Clémence Charrier

2 thoughts on “Le cirque Wauquiez”

Commentaire(s)

  • Jeff

    Quel sale c.. ! Il n’y a pas d’autres mots. Et lui en quoi s’est il montré utile une fois dans sa vie ?
    Remarquez la méduse vit depuis plus de 7 millions d’années alors qu’elle ne possède pas de cerveau, ce qui prouve que l’évolution ne privilégie pas forcément l’intelligence.

    décembre 5, 2015 at 21 h 11 min
  • Tual

    Monsieur Wauquiez,

    Vous avez récemment déclaré, en ce qui concerne la Région pour laquelle vous vous portez candidat à la Présidence, je cite: « Curieuse région socialiste qui ferme des formations de chaudronniers et de soudeurs et en ouvre de clowns du cirque et de marionnettistes avec une perspective de 90 % de chômage : à l’hôtel de région, on a pourtant déjà ce qu’il faut comme clowns ! ».

    Je me suis demandé comment réagir à vos propos inqualifiables. Me taire ou vous écrire?

    Face à certaines outrances, le silence est en effet souvent la meilleure réaction. Le grand Victor Hugo (mais vous ne connaissez peut-être pas) n’a-t-il pas dit:  » A ces démons d’inimitié, oppose ta douceur sereine, et reverse leur en pitié tout ce qu’ils t’ont vomi de haine. ».

    Mais finalement, je préfère vous dire ce que vos insanités ont provoqué en moi. Et je veux vous dire que si certains fous, qu’il faut résolument combattre, tuent des hommes à la kalachnikov, vous êtes, vous aussi, assurément une sorte de criminel en puissance, en voulant tuer les âmes et les esprits et en assassinant la culture. Pourquoi en effet laisser entendre que les formations d’artistes du spectacle vivant seraient inopportunes en raison d’un contexte de chômage? Pourquoi vouloir opposer différents métiers? Pourquoi toujours chercher à diviser?

    Votre saillie, que je qualifie de débile, m’a fait penser à celle du sinistre Hermann Goering qui disait: » Quand j’entends le mot culture, je sors mon revolver ».
    Certes, vous ne sortez pas un revolver, mais les mots aussi peuvent tuer.

    Monsieur Wauquiez, vous n’en êtes malheureusement pas à votre première infâme saillie et j’ai toujours en mémoire celle concernant vos propositions de modalités restrictives d’ attribution d’un logement social, visant encore une fois á stigmatiser certaines personnes. Vous n’êtes en réalité qu’un agitateur d’idées frelatées, indigne de la famille Politique en général et de la vôtre en particulier, dont certains membres honorables doivent probablement être scandalisés par vos propos, qui s’inscrivent toujours dans une logique de division, voire de guerre civile.

    Le grand Einstein disait: » Deux choses sont infinies: l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue. »
    Monsieur Wauquiez, réfléchissez bien á cette formule.

    Enfin, je veux vous dire que vos propos sont diffamatoires à l’égard d’une profession et que vous mériteriez sans doute d’en répondre devant le Justice.

    Honte à vous et à tous ceux qui vous approuvent…..s’il y en a. Vous me faites vomir.

    Dernière remarque: Votre esprit malsain aurait grand besoin d’un nettoyage en profondeur. Si vous avez besoin d’un Karcher, demandez le à votre patron….il me semble qu’il connaît bien ce genre d’outil.

    PS – Vous n’auriez jamais pu prétendre devenir un marionnettiste, car il est certain que la marionnette se serait vite rebellée et libérée de vos mains…. pour botter les fesses de Guignol.

    Bernard Tual

    décembre 6, 2015 at 8 h 21 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *